ACTUALITÉSECONOMIEENVIRONNEMENT

Fatick : le forum civil imprègne les étudiants sur les métiers et les différents fonds du secteur extractif

Le secteur extractif au Sénégal fait référence à l’industrie de l’extraction des ressources minérales, notamment le pétrole, le gaz naturel et les minéraux tels que l’or, le fer, le phosphate et le zircon.

En termes de réglementation, le Sénégal a mis en place un cadre juridique favorable pour attirer les investissements dans le secteur extractif. .L’industrie minière au Sénégal est principalement axée sur l’exploitation de l’or, du phosphate, du zircon et du calcaire. Le Sénégal dispose d’importantes ressources pétrolières et gazières à même de faciliter sa sécurité énergétique et d’asseoir les fondements de sa compétitivité économique.

Projet « Sangomar » qui, concerne les ressources en hydrocarbures, estimées à environ 600 millions de barils de pétrole et environ 70 milliards de m3 de gaz naturel L’exploitation minière et pétrolière va contribuer à la création d’emplois et à la génération de revenus pour le gouvernement, grâce aux redevances et aux impôts.

 Au niveau des collectivités territoriales, la question des critères de répartition mais aussi le non-paiement des montants dus au titre du fonds d’appui et de péréquation avant 2019 continuent d’alimenter le débat public. Il s’y ajoute la non opérationnalisation du fonds de réhabilitation des sites miniers et du fonds d’appui au développement local des collectivités abritant les entreprises d’exploitation.

 En ce qui concerne l’exécution du Fonds d’appui et de péréquation, le paiement pour l’année 2020 est de 3.268.520.831 FCFA, dont 817.130.208 FCFA pour l’ensemble des collectivités territoriales et 2. 451. 390. 623 FCFA.

Pour les collectivités abritant les opérations minières dans la zone du projet. En outre, pour l’année 2021, les montants sont disponibles, avec un total de 4.391.921.112 FCFA destinés à l’ensemble des collectivités territoriales et 1.463.500.546 FCFA pour les collectivités abritant les opérations minières. Ainsi, il a été indiqué que la signature imminente de l’arrêté interministériel est en cours, et que les diligences nécessaires ont déjà été effectuées par le Ministre des Mines et de la Géologie.

 

Dans ce contexte, le Forum Civil met en œuvre la deuxième phase du projet « A Egalité des chances » avec l’accompagnement financier et technique d’OXFAM Sénégal. Ainsi les 40 étudiants issus des 40 communes de la région de Fatick sous la houlette du conseil régional de jeunesse dirigé par Cheikh Faye de Niakhar , un atelier de renforcement de capacités sur les revenus du secteur extractif .

Selon IBRAHIMA Ndao chargé de projets au bureau exécutif du forum civil « L’objectif visé est de consolider la dynamique enclenchée lors de la première phase en renforçant le compétences des cibles qui sont ce matin les étudiants venant des différentes communes de la région de Fatick. Ces derniers doivent faire le plaidoyer auprès des collectivités territoriales, de leurs pairs sur le taux de redevablite et sur les recettes et différents fonds du secteur extractif . Ils doivent comprendre comment sont alimentés ces fonds et comment se fait le partage pour les collectivités territoriales. La formation nous a permis de constater que les étudiants veulent savoir beaucoup sur la question et c’est ce que nous avons fait avec un jeune consultant comme eux » s’est réjouit Monsieur Ndao.

Du côté des estudiantin, Bassirou  Ndiaye au nom des écoliers salut la formation qui est venue à son heure et dune importance capitale. Selon lui la communauté estudiantine est une masse critique qui peut peser de son poids sur les entreprises minières et pétrolières afin les différentes charges au profit des communautés soient respectées.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page