SOCIETE / FAITS DIVERS
A la Une

FATICK: Lérane Sambou manque de tout , le coup de gueule des populations

Lérane Sambou village situé dans la région de Fatick, plus précisément dans la commune de Diossong à six kilomètres de la route nationale N°5 (route reliant Karang Poste à Kaolack) à hauteur de Sokone. Ce village de plus de 1500 âmes continue de vivre dans les ténèbres en ce 21e siècle où les termes de références ont complètement changé et le monde est devenu un village planétaire. Mais ce changement n’est pas senti à Lérane sambou où les populations vivent dans des conditions peu enviable entre le marteau du manque d’électricité et l’enclume d’accès à l’eau, à des infrastructures de santé de routes praticables b, d’école sans mur de clôture où leurs enfants peuvent suivre un cursus scolaire normal.

Pourtant soutient Katim Touré habitant du village et président de l’association « suxali Lérane Sambou« qui s’est exprimé à travers un point de presse tenu hier dans la localité. « le village souffre du manque d’électricité alors que câbles haute tension traversent le village de part et d’autre. Et pire encore tous les villages environnants sont déjà électrifiés et accèdent aux services sociaux de base » se désole t-il. Poursuivant, notre interlocuteur ajoute « je ne suis pas dans la comparaison mais je suis juste en train de poser le principe d’équité que le régime en place sert à tous visiteurs mais chante dans les médias ».

Rien que sur la taille de la population, cette localité qui vit dans les oubliettes depuis plus de 100 ans compte plus de 229 ménages et pour activités principales principales l’agriculture, l’élevage. Les jeunes qui se disent qualifiés dans leurs différents métiers ( tailleurs, menuiseries, etc … sont très remontés de ne pouvoir s’exercer faute d’électricité à moins de s’exiler vers Sokone ou ailleurs. Pour ces populations dont le mode d’éclairage dans le village est assuré par des bougies, lampions, torches, le terme émergence est pour elles inconnu .

Troisième village de la commune en termes de population et superficie  » nous sommes le seul à payer l’impôt à 100% mais qui souffre plus de manque d’électricité, de l’eau bref de tout. Sans nul doute la pauvreté et le chômage sont le fidèle allié des populations de Lérane sambou dont les activités économiques ne peuvent pas s’intensifier à cause des multiples maux dont souffre le village. L’accès universel à l’énergie, consacré projet phare du PSE, montre la place que l’Etat accorde à l’électrification des zones rurales malgré tout Lérane Sambou reste un village sans électricité. Le PUDC qu’on pensait qu’il allait régler définitivement nos problèmes n’a toujours rien fait pour la localité . L’association  » and suxali » sollicite l’électrification de cette zone » scande Katim touré devant une foule tout en rouge.

Toujours parmi les maladies de Lérane s’ajoute le poste de santé qui fonctionne difficilement car inéquipé mais manque surtout l’absence de sage-femme, de médicaments, d’ambulance, et de lits pour les malades. Il fonctionne grâce à l’appui de la population surtout cette association qui lui fait des dons et prêts pour son fonctionnement. « Nous avons un infirmier Chef de Poste très brave mais les conditions de travail sont très difficiles. Des femmes sont transférées parfois dans un autre district sanitaire à charrette à des heures induites de la nuit. Elles risquent de perdre leur vie ou la vie de leur enfant porté. La solution est de doter ce poste de sante d’une ambulance, d’une sage-femme et de médicamenta avec des lits en quantité importante » .

D’un autre côté, le réseau hydraulique est de mauvaise qualité vu le nombre de troupeaux de vaches et l’effectif de la population. Il couvre une partie du village. L’association veut que le village soit alimenté par son propre forage pour une eau en abondance.

De même le village est très enclavé et inaccessible pendant l’hivernage à cause des routes envahies par les eaux de pluie. « C’est un vrai calvaire pour rallier notre village. Nous demandons une route bitumée qui relie Sokone ou Diossong ».

Pour terminer la liste des maux dont souffre Lérane Katim Touré conclut « nous avons une école élémentaire sans mur de clôture. Les enfants et les enseignants sont exposés aux chiens et à la traversée de la cour de récréation par des charrettes et autres bêtes féroces qui sillonnent le milieu.
Face à toutes ces difficultés qui rendent la vie pas du tout enviable à Lérane , les populations affirment avec volonté être les « détenteurs de leurs cartes électorales » à travers leur slogan « ma carte , ma voix ». Tout ce qu’ils veulent , c’est de sortir des « ténèbres » comme indique le nom de leur localité.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page