A LA UNEACTUALITÉSSOCIETE / FAITS DIVERS

FATIICK : « APR Fatick va mal » passe au scanner les maux de la ville de Macky Sall

Réunis dans un auberge de la ville, plus d’une centaine de jeunes ont assisté à la  conférence de presse afin de revenir sur les objectifs du mouvement « APR Fatick va mal » et de listes tous les maux dont souffrent la ville du président Macky Sall depuis son accession à la tête du pays. 

D’emblée, Babacar Diouf membre actif et porte-parole du jour apporte des éclaircissements sur l’audience avec Pape Malick Ndour le ministre de la jeunesse et qui fait beaucoup de bruit à Fatick « un ministre de la république qui n’est même pas de Fatick et qui a compris sa mission a pris ses responsabilités pour recevoir notre mouvement en audience. Nous lui avons exposé la situation qui prévaut à Fatick en tant que ministre de la jeunesse. Il a pris l’engagement devant l’assemblée de  résoudre quelques uns de nos problèmes et de transmettre les autres d’une façon sincère et correcte au président Macky Sall. . Nous nous réjouissons de son initiative au moment où nous avons la porte ouverte par le biais de nos autorités qui pouvaient le faire mais qui n’ont même pas la décence de rencontrer la jeunesse de Fatick » s’est désolé Babacar Diouf.
Abordant le second point concernant la plateforme revendicatif  de la jeunesse du sine  , il poursuit «  ce n’est pas pour rien que la jeunesse alerte sur la situation qui prévaut dans notre ville. Nous nous sommes levés parce que la ville souffre de beaucoup de manquements et que nous avons un président de la république issu de la localité. Sur l’emploi et employabilité de la jeunesse, « Apr Fatick va mal » exige le recrutement massif des jeunes en chômage et dont le taux est inquiétant à Fatick, la promotion des jeunes leaders à des postes stratégiques afin qu’ils puissent jouer de relais entre le président Macky Sall et la jeunesse du sine. Le mouvement exige la revalorisation des contrats précaires des jeunes qui sont au Coud, à l’Ussein et au port autonome de Dakar. Nous demandons  des financements accompagnés de la promotion de l’entreprenariat local qui est laissé en rade » .
Toujours dans la liste des maux de la ville de Fatick, les jeunes de « Apr Fatick va mal » parlent des infrastructures. Selon Babacar Diouf « la jeunesse réclame l’ouverture du port de Ndakhongua et de l’usine Thiek à Sinig afin de favoriser l’emploi et l’employabilite des jeunes à la base, la création d’une zone industrielle multiforme et ou la mise en pratique de celle existante et qui peine malheureusement à fonctionner. Les jeunes exigent un plan d’assainissement de qualité dans l’immédiat afin d’épargner Fatick du spectre des inondations comme celles des dernières années » .
Toujours dans le chapitre de l’amélioration des infrastructures , Apr Fatick va mal demande « la rénovation et l’élargissement significatif du réseau routier dans la commune afin d’assurer une libre circulation des personnes et de leurs biens.  Les jeunes réclament l’extension et la généralisation de l’électricité dans toute la commune et même dans le département de Fatick » .
Toujours pour l’amélioration des conditions de vie des populations de Fatick,  la jeunesse  « souhaite la mise en place immédiate d’un programme spécial pour le marché central, les places publiques et l’aménagement de la corniche Est  d’espaces vertes à l’échelle communale ».
Dans le volet éducatif, Apr va mal dénonce « l’état du lycée Coumba Ndoffene Diouf avec ses effectifs pléthoriques qui ne favorisent  pas des enseignements apprentissages de performances ».
Cependant , Ils saluent « la mise en place du second lycée de Ndiaye Ndiaye et demandent l’accélération des travaux au bénéfice des apprenants à défaut d’un établissement flambant neuf car selon Fatick le mérite bien ».
Côté sport, c’est l’état de « dégradation inquiétante » du stade Massene Sene qui irrite la jeunesse «  nous demandons l’audit de la gestion du stade vu la fréquence des multiples activités qui s’y tiennent. Nous ne pouvons pas comprendre qu’un si jeune stade soit à cet état de délabrement » s’interroge Babacar Diouf.
Pour terminer leur face à face avec les journalistes, Apr va mal s’alarme de la situation sanitaire de la ville de Mame Mindiss. Selon Yacine Ndiaye, agent de l’hôpital régional de Fatick  «  l’hôpital est sur un axe accidenté et nous n’avons pas de traumatologue , ni d’Orm ni d’ophtalmologues. L’hôpital dispose d’un unique orthopédiste et d’un radiologue . Le scanner est toujours en panne  . Pourquoi cette situation si nous savons que l’hôpital régional polarise plusieurs départements. Nous avons des problèmes sérieux dans cet hôpital et nous sommes la risée de nos collègues lors de nos  évacuations sanitaires » se désole la jeune dame .
Dans la foulée, Ibou Dione et ses pairs exigent « le relèvement du plateau médical à défaut de construire un hôpital de niveau 3 à l’image de celui de Kaffrine avec un personnel sanitaire qualifié et à suffisance. Nous n’oublions  pas aussi la situation peu reluisante des autres structures sanitaires dans la commune » .
Aux autorités politiques de Fatick qui selon la jeunesse essaient de « discréditer le mouvement et d’instrumentaliser d’autres jeunes pour attaquer Apr Fatick va mal » , Babacar Diouf s’interroge « À quoi sert de vouloir arrêter la mer avec ses bras? Si elles avaient fait leur devoir conformément à la volonté du président Macky Sall, nous n’en serons pas là aujourd’hui » martèle t’il.
Pour terminer Apr Va mal compte déposer une autorisation de marche à travers la ville et rappelle  au préfet du département que nous sommes en démocratie et que le mouvement « fera face à toutes initiatives pour l’interdiction de leur parade ». 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :