ACTUALITÉSMedias/Presse

[Focus] Qatar 2022 – Rts vs Emedia : Toute la vérité sur un conflit porté devant la Fifa

Une « guerre » s’est déclenchée, depuis hier jeudi, entre la Rts et le groupe Emedia Invest autour de l’exclusivité des droits de retransmission des matchs du Mondial Qatar 2022. Seneweb, qui a mené une petite enquête auprès des différentes parties concernées, en sait un peu plus sur cette affaire déjà portée devant la Fifa.
 
C’est devenu une routine. À chaque veille de compétition internationale de football, une vive polémique oppose généralement des médias sénégalais sur l’acquisition des droits exclusifs de retransmission de l’évènement.
 
Et c’est encore le cas pour la prochaine Coupe du monde à laquelle l’équipe nationale du Sénégal prendra part au Qatar. En effet, à travers un communiqué de presse publié, jeudi soir, la Rts a affirmé avoir acquis l’exclusivité, pour le territoire sénégalais, des droits de retransmission de cette prestigieuse compétition. Ceux-ci concernent ses supports Tv, radio et digitaux. Une annonce qui a poussé les responsables du groupe Emedia Invest à vite réagir assurant ainsi détenir les mêmes droits, et en exclusivité.
 
« Le groupe Emedia Invest dispose, depuis plusieurs semaines, des droits de diffusion en exclusivité sur tout le territoire national, via ses différents supports (radio, télé et digital), droits acquis auprès de son partenaire New world Tv Ltd, le groupe basé à Lomé, au Togo, détenteur des droits de distribution de la compétition en Afrique subsaharienne. Un contrat en bonne et due forme, en cours d’exécution, comme prévu, malgré les manœuvres souterraines, la désinformation et les coups de pression d’ici ou d’ailleurs », informe le groupe dans un article publié sur son site d’information. 
 
« Emedia n’a pas respecté les clauses du contrat »
 
La signature d’un contrat est confirmée par le directeur général de New world Tv LTD, qui a, toutefois, émis des réserves. Joint au téléphone par Seneweb, M. Marc Adissou soutient que le groupe Emedia n’a pas respecté les clauses dudit contrat. « Il n’avait pas rempli tous les droits, à ma connaissance. Ils n’ont pas respecté les clauses, on avait signé un contrat avec le groupe Emedia, mais ils n’ont versé aucun sou. Maintenant la signature de ce contrat ne veut pas dire qu’ils ont le droit de retransmission de la Coupe du monde », a notamment précisé le patron du géant togolais.  
 
Du côté du Triangle Sud, l’on semble être sur la même longueur d’onde. Mieux, l’on nous informe que le contrat dont parle le groupe de Mamoudou Ibra Kane a été résilié depuis fort longtemps.
 
 
« Ce contrat a été résilié et le Cnra détient même une copie de cette résiliation », a, ainsi, confié Ibrahima Sady à Seneweb. Le chef du département Infos Sport de la Rsi soutient, en outre, que le groupe dirigé par Racine Talla « s’est acquitté des droits Tv au niveau de la société Mbs (Média business solutions) avec laquelle il est en train de travailler pour les accréditations des journalistes et le paramétrage pour la diffusion des matchs ». Non sans préciser que la maison-mère « ne verse pas dans la polémique ».
 
Ce qu’a également confirmé Me Louis Biyao, avocat Nw tv. « Nous avons effectivement signé un contrat avec le groupe Emedia Invest en juin dernier, mais il y a des conditions à respecter pour que ledit contrat soit valide.  La validité de cette signature entrerait en vigueur, s’ils avaient scrupuleusement respecté les clauses du contrat. Parce qu’un problème de timing se pose et tout a été fait sous le contrôle de la Fifa », a-t-il dit à Seneweb, indiquant que « les clauses n’ont pas été respectées et le contrat de la Rts a été validé et approuvé par la Fifa ». Me Biyao annonce la publication d’un communiqué conjoint avec la Rts qui sera publié « dans les prochaines heures ». 
 
Nos tentatives d’entrer en contact avec le Directeur du Cnra sont restées vaines. 
 
« Emedia a donc saisi la FIFA »
 
Au niveau de l’immeuble Belly Bousso sis au Point E, l’on s’en tient encore à la version actuelle. « Le groupe a battu tous les concurrents à la loyale, dans un appel d’offres transparent, avec plusieurs médias qui ont manifesté un intérêt. L’appel d’offres a été supervisé et validé par la FIFA, ce qui a abouti par un contrat en bonne et due forme, confirmé par la FIFA. Cela a entraîné la mise à l’écart officiel des autres médias soumissionnaires, qui ont reçu la notification de leur perte », a dit à Seneweb, un responsable de la Rédaction. 
 
 « Jusque-là, nous n’avons reçu aucune notification faisant part de la résiliation de ce contrat », a-t-il ajouté, attendant la confirmation du contrat d’exclusivité de la Rts. « Si tel est le cas, c’est illégal », soutient notre interlocuteur. Car, souligne-t-il, « pour résilier un contrat, il faut d’abord accepter qu’il y a un contrat. Il faut demander à la Rts comment elle peut avoir un contrat après avoir perdu un appel d’offres ».
 
 
« Nous avons vu avec stupéfaction un communiqué d’une chaîne annonçant obtenir les droits que nous avons acquis depuis longtemps et en exclusivité », a regretté notre interlocuteur. Selon notre source, « Emedia a donc saisi la FIFA et New Word pour en savoir plus et rappeler sa volonté de s’en tenir à l’exécution du protocole signé dans le but d’apporter une couverture exceptionnelle de l’évènement pour le public sénégalais ».
 
Des enjeux économiques énormes
 
Mais derrière cette guerre autour des droits TV, il y a des enjeux économiques énormes autour notamment des publicités. « Ce qui fait courir ces groupes de presse, ce sont les publicités. Si vous avez l’exclusivité des droits de diffusion, vous détenez également l’exclusivité de toutes les publicités. Et c’est une manne financière énorme », rappelle un spécialiste du droit des publicités, contacté par Seneweb.
 
C’est en tout cas ce qui fait que ce genre de différends autour des droits TV sont devenus récurrents dans notre pays. Et le plus récent est celui opposant le Groupe futurs médias (Gfm) à la Rts, lors de la Coupe du monde Russie-2018 (14 juin-15 juillet). D’ailleurs, rappelons-le, c’est à la veille de l’ouverture de cette grande compétition que le Premier ministre d’alors, Mahammed Abdallah Dionne, est intervenu en convoquant les dirigeants des deux groupes. Au terme d’une médiation, les deux chaînes ont été autorisées à retransmettre les rencontres. « Considérant la Coupe du monde de football comme un événement exceptionnel mobilisant toute la nation et une grande opportunité pour la promotion de la destination Sénégal et le renforcement de la cohésion nationale, le premier ministre a instruit les deux parties (Gfm et Rts) à surseoir à toute procédure judiciaire et à privilégier le dialogue dans le règlement de tous les différends », rapportait un communiqué du Cnra.
 
Pour cette guerre, peut-être qu’elle sera aussi résolue par le futur Premier ministre, dont les Sénégalais attendent la nomination depuis belle lurette.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :