ACTUALITÉSSOCIETE / FAITS DIVERS

GROSSE COLÈRE DES POPULATIONS DE NGOUYE ET ENVIRONS SUR LE SITE DE 400 HA DE L’USSEIN : « Nous les impactés dans les zones inondables, les meilleurs sites attribués à des inconnus »

Les populations de  Ngouye , de Diambougoume et des différents amonts dans la commune de Diouroup sont furieux face à ce qu’elles appellent «  une forfaiture et une injustice ». Hommes femmes et enfants sont sortis massivement  ce jeudi pour réclamer une réparation digne de ce nom suite à la perte de leur terre engloutie pour les besoins des chantiers de l’Ussein. Elles ne sont pas réfractaires à l’infrastructure mais dénoncent une « injustice ». Tout ce qu’on nous avait promis ce n’était que de la poudre aux yeux. Nos bonnes terres sont entrain d’être attribuées clandestinement à d’autres au moment où l’état nous jette dans les submersibles » fulminent t’ils.
Khamad Ndong un des porte-parole du jour étale le mal des impactés « Nous Impactés de l’université Sine Saloum El Hadji Ibrahima Niasse (USSEIN) dans le département de Fatick nous souffrons énormément à cause de la construction de cette branche universitaire qui a pris 400hectares de nos terres où se trouvent nos maisons et nos champs sans mesure d’accompagnements . Parmi nous impactés certains ne sont pas encore indemnisés,  d’autres encore ont leurs parcelles situées dans des zones inhabitables . Et pourtant les parcelles situées aux meilleures endroits du site sont attribuées à des non Impactés . Ces derniers continuent toujours de vendre les terrains destinés aux lieux publics (école ,cimetières, poste de santé) .La liste des problèmes est Loin d’être exhaustive. Les autorités qui ont en charge la disponibilité des fonds d’indemnisation et le lotissement sont à l’origine de cette situation . Nous Impactés nous sommes dans un désarroi total » dénonce le jeune homme foulard rouge autour de la tête.
Pour l’histoire, Ousmane Ndiaye membre du collectif des impactés rappelle qu’en 2013 , les autorités administratives de Fatick étaient venues nous parler du projet de l’USSEIN .  «  Le gouvernement a décidé de construire une université à Fatick et sur vos terres. Celles ci sont déjà prises. Nous sommes venus pour discuter sur les modalités d’indemnisation. Vous serez bien dédommagé . Même une case sera évaluée à 410 000 FCFA. La ou vous serez reloger sera viabilisé avec de l’eau de l’électricité une école une case de santé ». Il ajoute qu’en «  2015, des techniciens sont venus évaluer la valeur de nos constructions et nous on sommes de ne plus construire Ousmane Ndiaye et Ngouye ont la déception de leur vie «  l’état nous a jeté dans les bassins, les zones inondables alors que nos terres sont attribuées clandestinement et petits à petit à des fonctionnaires et à des inconnus . La ou ils nous imposent il a fallu que nous versions la somme de 600 000 francs aux impôts et domaines pour qu’ils vivent lotisser car disent-ils leur machine est en panne. Une année après nous avons payé une deuxième fois pour faire nos propres bornes car leur travail était incomplet.
Pour les indemnités certaines familles ont reçu entre 600 et 622 000 FCFA pour une maison et 208 000 FCFA pour une case ceci à la veille de la Tabaski. Actuellement 97 personnes sont sans parcelles. Nous n’avons même pas de cimetière officiel et c’est extrêmement grave. Nous réclamons justice et un audit des lotissements de la zone auprès de notre nouveau président son excellence Bassirou Diomaye Diakhar Faye ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page