ACTUALITÉSSOCIETE / FAITS DIVERS

Hydraulique rurale : 105 travailleurs bénévoles dénoncent les «recrutements partisans», tirent sur Serigne Mbaye Thiam et menacent de…

Quelque 105 travailleurs bénévoles de l’hydraulique œuvrant dans le monde rural et périurbain réclament une régularisation. Regroupés dans un collectif, ils ont tenu, hier, une conférence de presse à la direction régionale de l’hydraulique de Thiès.«

Nous travaillons dans le monde rural 24heures/24 et 7jours /7. Il y a parmi nous des gens qui ont fait 15 ans d’autres 20 ans voire 30 mais n’ont jamais eu de contrat de travail. Que des promesses non tenues. Qui peut le plus peut le moins. L’Etat est en train de recruter des milliers de jeunes dans la fonction publique. Régulariser 105 agents seulement ne devrait pas poser problème pour un état ambitieux et conscient de l’enjeu de l’eau dans le monde rural», a soutenu Babacar Ly, le coordonnateur du collectif.

Selon Le Soleil, il a dénoncé un recrutement basé sur le clientélisme politique. Il en veut pour preuve, « les 50 chauffeurs camions citernes recrutés en 2020, mais après un test, il s’est révélé que ces jeunes ne savaient même pas conduire alors qu’il y avait 45 chauffeurs qui travaillaient déjà dans ce secteur depuis 15 ans, voire 20 ans sans contrat ».

Babacar Ly et ses camarades regrettent les propos du ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam, sur la question lors de son passage à l’Assemblée nationale. «Il a dit que si l’on soustrait la durée de service sur l’âge de certains travailleurs, on peut trouver des gens qui auraient commencé le bénévolat à l’âge de 11 ans ou 12 ans. Ce qui lui fait douter de la sincérité des informations qui lui étaient livrées. Mais il a fait une erreur. Il oublie que dans les ateliers mécaniques par exemple, on peut trouver un garçon de 10 ans», a rectifié Babacar Ly.

Non sans menacer de cesser le service si l’Etat ne pose aucun acte allant dans le sens de satisfaire leurs revendications. «Nous allons déposer un préavis de grève de 72 heures. Nous savons que ce sera catastrophique dans le monde rural mais nous n’avons pas le choix», avertit le coordonnateur du collectif des bénévoles de l’hydraulique.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page