JUSTICE - TRIBUNAUX - POLICE

Il grugeait ses clients avec des véhicules de location

Le tribunal des flagrants délits de Dakar a mis hors d’état de nuire Baye Dame Diop et son complice, Mamadou Ndiaye. Les deux hommes ont été condamnés à trois mois d’emprisonnement ferme pour faux et usage de faux dans un document administratif, escroquerie et complicité dudit chef.

Né en 1989 et domicilié à Liberté 6, Baye Dame Diop est un as dans son domaine. Le jeune escroc qui se faisait passer pour un immigré établi en Italie, a une façon très simple de délester d’honnêtes citoyens de leurs véhicules ou de leurs sous. Son modus operandi consistait à prendre des bagnoles en location, puis de les donner en gage pour 2.500.000 voire 3.000.000 francs.

Pour ferrer leurs victimes, Mamadou Ndiaye se chargeait d’établir les fausses cartes d’identité nationale. Dès que le nom qui figure sur la carte grise est conforme à celui de la carte d’identité, Baye Dame donne la voiture en gage à un preneur avant de disparaître. Avec le prêt obtenu, il loue un autre véhicule.

Placés sous mandat de dépôt le 14 septembre dernier, les prévenus ont été jugés hier, par le tribunal de Dakar. Marié et père de trois enfants, Baye Dame Diop a reconnu sans ambages les faits d’escroquerie et d’usage de faux qui lui sont reprochés. Pour justifier ses actes délictuels, il allègue qu’il voulait aider un copain dans des difficultés. Quant à son acolyte, chauffeur de son état, il se lave à grande eau. A l’en croire, c’est un ami établi au Maroc qui apporte des modifications sur les documents, via l’application whatsapp.

Prenant la parole, Cheikh Kandji confie que Baye Dame Diop lui doit 1.040.000 francs, c’est à dire 23 jours de location et le montant de 350.000 francs qui représente les frais de réparation de son véhicule. Mansour Kane et Ibrahima Seye ont demandé chacun 2,5 millions de francs.

Me Abdinar Ndiaye a réclamé 3 millions de francs pour son client Isma Guèye. Celui-ci a acheté auprès de Baye Dame une voiture de marque Ford Escape appartenant à Mamadou Mansour Deina à 2,5 millions de francs.

Le maître des poursuites a requis six mois d’emprisonnement, dont trois mois ferme, contre les prévenus. La défense a sollicité une application bienveillante de la loi.

Au terme des plaidoiries, le juge a délivré un séjour carcéral de trois mois ferme aux prévenus.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page