ACTUALITÉSMEDIAS/PRESSE

Journalisme d’investigation et accès au secteur extractif : Le Forum civil forme une trentaine de journalistes

Une trentaine de journalistes venant de Dakar et des régions minières, pétrolières et gazières du Sénégal, à savoir Kédougou, Matam, Fatick, mais également Saint-Louis ont été capacités sur le journalisme d’investigation accès sur le secteur extractif.

 
 Des modules relatifs aux différents fonds miniers, sur les exonérations fiscales et douanières, sur le contenu local, ainsi que sur les aspects relatifs à la situation environnementale dans les zones d’exploitation pétrolière, gazière et minière ont été passés à la loupe durant deux jours à Saly. 
 « Il y a des craintes majeures au niveau de Saint-Louis qui viennent des pêcheurs, du fait de l’implantation de la plateforme qu’exploite BP au niveau de Diatara. Il y a également des craintes dans la région de Thiès – la première zone minière du Sénégal – dans les zones de Mboro, Darou Khoudoss Taiba, Ngoundiane ». 
 
« Nous allons partager avec les journalistes sur les données qui leur permettront de mener leurs investigations pour mieux éclairer les Sénégalais et permettre aux populations de rentrer dans leurs droits en matière d’exploitation minière », a expliqué Birahime Seck, le coordonnateur général du Forum civil. 
 
 Cette organisation de la société civile et ses partenaires (USAID, Natural Resource Governance Institute, 3D) comptent continuer avec d’autres sessions de formation pour accompagner les journalistes afin de leur permettre de faire un travail d’investigation sur des sujets qu’ils pourront choisir dans le secteur extractif. 
 « Au sortir de cet atelier, ce que nous souhaitons, c’est que les journalistes puissent aller au fond des choses. Ils sont les acteurs clés de la gouvernance dans le secteur extractif. En effet, la gouvernance du secteur extractif au Sénégal pose énormément de problèmes, notamment dans la gouvernance des fonds, la question de la recevabilité ». 
Les différents rapports qui sont produits posent aussi problème. C’est la raison pour laquelle nous voulons montrer aux journalistes les secteurs où les enquêtes et investigations pourront être effectuées pour éclairer l’opinion, les Sénégalais sur la gestion de leurs ressources, d’autant plus que la Constitution nous dit que les ressources naturelles appartiennent au peuple », a fait savoir M. Seck. Ce dernier promet que le Forum civil et ses partenaires vont accompagner les journalistes à faire leur travail de façon convenable et professionnelle avec les règles déontologiques qui sied.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page