A LA UNEACTUALITÉS

Journalistes brutalisés lors des manifestations : la CAP interpelle Sidiki Kaba qui donne des gades

La Coordination des Associations de Presse (CAP) a été reçue hier, jeudi 15 février 2024, par le ministre de l’Intérieur, Sidiki Kaba, pour discuter des préoccupations majeures concernant la sécurité des professionnels des médias dans l’exercice de leur métier. «Au cours de cette rencontre, la CAP a vigoureusement dénoncé les bavures des Forces de défense et de sécurité, en particulier de la Police Nationale, dont certains éléments continuent de violenter des professionnels des médias, notamment des femmes, déployés sur le terrain pour juste exercer leur métier», lit-on dans un communiqué publié hier, jeudi 15 février, à l’issue de la rencontre avec le ministre chargé de la Sécurité publique (des personnes et de leurs biens).

Lors de cette rencontre avec le ministre de l’Intérieur,  «La CAP a rappelé les mesures prises et les formations dispensées par les associations de presse pour permettre aux journalistes et techniciens des médias d’opérer de manière responsable aux côtés des forces de l’ordre sur le terrain».  La CAP a fermement protesté contre cette situation anormale et a appelé les Forces de l’ordre à faire preuve de raison et de modération.

Au cours de l’audience, «le Directeur Général de la Police Nationale (DGPN), l’Inspecteur Général Seydou Bocar Yague, a rassuré que des mesures seront prises pour éviter que de telles situations ne se reproduisent. Il a attribué certains abus et bavures à la jeunesse des éléments de la Police opérant sur le terrain, tout en dénonçant, cependant, certains manquements des journalistes et techniciens des médias».

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur, Sidiki Kaba, a salué la volonté de conciliation de la CAP, rappelé les missions des Forces de l’ordre et reconnu la légitimité de la colère des membres de la presse. Il a réaffirmé l’engagement de son département à prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que de telles situations ne se reproduisent.

 

Fatou NDIAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page