INTERNATIONAL

JUSTICE – Perpétuité incompressible pour l’infirmière anglaise tueuse de nouveau-nés Londres

L’infirmière anglaise Lucy Letby a été condamnée lundi 21 aout 2023 à la prison à vie sans libération possible pour les meurtres de sept nouveau-nés, une peine d’une sévérité exceptionnelle à la hauteur de l’effroi provoqué par les crimes de la pire tueuse d’enfants de l’histoire moderne du Royaume-Uni.

Lucy Letby, âgée de 33 ans, avait été reconnue coupable vendredi par le tribunal de Manchester (nord) du meurtre de sept nouveau-nés prématurés et de six tentatives de meurtres dans l’hôpital où elle travaillait. Lundi, elle a été condamnée à la perpétuité incompressible, une peine très rare dans le droit anglais, alors que des questions demeurent sur la réelle étendue de ses crimes. « Vous avez agi d’une manière totalement contraire aux instincts humains normaux qui sont de prendre soin des bébés et en violation flagrante de la confiance que tous les citoyens accordent aux professionnels de santé », a déclaré le juge James Goss, qualifiant ses crimes de « campagne cruelle, calculée et cynique ». En raison de « la gravité exceptionnelle » des crimes, « vous allez passer le reste de votre vie en prison », a ajouté le juge. Cette femme, « froide, calculatrice, cruelle et tenace » selon l’accusation, avait clamé son innocence durant tout son procès, long et éprouvant, qui a débuté en octobre 2022. Elle travaillait dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital Countess of Chester, dans le nord-ouest de l’Angleterre. Les meurtres ont eu lieu entre juin 2015 et juin 2016. Elle a notamment injecté de l’air par intraveineuse aux nouveau-nés prématurés, utilisé leurs sondes naso-gastriques pour envoyer de l’air ou une surdose de lait dans leur estomac.

Absente
Lucy Letby attaquait les bébés après le départ de leurs parents, quand l’infirmière responsable s’éloignait, ou la nuit quand elle était seule. Elle se joignait ensuite parfois aux efforts collectifs pour sauver les nouveau-nés, assistait même les parents désespérés. Elle a écrit des cartes à des parents en deuil. Lors du procès, une mère a raconté être revenue donner du lait à un de ses jumeaux prématurés en août 2015, l’avoir entendu hurler et découvert du sang autour de sa petite bouche. Elle avait été rassurée par Lucy Letby. Selon l’accusation, l’infirmière venait de pousser un équipement médical au fond de la gorge du minuscule bébé, et lui avait aussi injecté de l’air. Il est mort quelques heures plus tard. Déjà absente du tribunal vendredi quand elle a été déclarée coupable, Lucy Letby a refusé d’assister au prononcé de sa peine, diffusé en direct à la télévision britannique. Ce refus a suscité frustration et colère des familles de victimes, qui voulaient que Lucy Letby écoute leurs derniers témoignages.

« Quand on a commis des crimes aussi horribles, c’est lâche de ne pas se confronter aux victimes », a déclaré lundi le Premier ministre Rishi Sunak, ajoutant envisager de légiférer pour que cela ne produise plus. « Au moins maintenant il n’y a plus de débat sur le fait que, de vos propres mots, vous les avez tués intentionnellement. Vous êtes diabolique », a dit lundi une mère endeuillée à la barre. Ces propos font référence a des notes manuscrites retrouvées chez Lucy Letby sur lesquelles elle avait écrit: « Je suis diabolique, je l’ai fait ». Sur d’autres notes, elle clamait son innocence.

D’autres victimes ?
Transférée en juin 2016 dans un service administratif, arrêtée une première fois en 2018, puis en 2019, Lucy Letby avait été incarcérée en novembre 2020. Ses motivations restent peu claires malgré les dix mois de procès. Depuis vendredi, les questions se multiplient, notamment sur le fait que Lucy Letby n’a pas été arrêtée plus tôt. Selon la presse britannique, des médecins auraient lancé des alertes dès 2015, mais la direction de l’hôpital ne les aurait pas écoutés ou n’aurait pas agi, soucieuse de la réputation de l’établissement. La police continue d’étudier des milliers de dossiers à la recherche d’éventuelles victimes supplémentaires de Lucy Letby. Dimanche soir, le journal The Guardian a rapporté que la police enquêtait sur des dizaines d’incidents « suspects », impliquant 30 bébés, à l’hôpital où elle travaillait

       

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page