A LA UNEACTUALITÉS

Kaolack – formation professionnelle dans l’informel : les maîtres artisans «privent» un millier d’apprentis d’examen

Les maîtres artisans des régions de Kaolack, Fatick, Kaffrine et Diourbel qui s’étaient mobilisés hier, lundi 15 avril 2024, à Kaolack, lors d’une réunion d’informations ont pris comme décision finale de boycotter purement et simplement l’examen de passage de catégorie. Ce qui empêcherait à un effectif de près d’un millier de jeunes apprentis de se présenter à ce test, prévu ce mardi 16 avril, sur toute l’étendue du territoire national. Ces maîtres artisans qui se disent hostiles à la manière dont les projets « Sen zéro 28 » et « Sen zéro 32 » sont gérés, invitent pour autant le nouveau régime en place à procéder à un audit minutieux de ces projets attribués au secteur de l’artisanat, afin d’avoir le cœur net sur les destinations des nombreux milliards de francs CFA investis par l’ancien président de la République, Macky Sall, et ses partenaires Luxembourgeois dans le financement de ces projets.

La colère de ces acteurs de l’informel émane, en effet, des multiples promesses non tenues dont leur ministère de tutelle a toujours fait usage pour calmer les ardeurs des uns et des autres, parmi les bénéficiaires. Et pour cela, ils font allusion à des programmes de renforcement de capacités prévus en amont pour les maîtres artisans, et qui devaient être sanctionnés par des Attestations Professionnelles. La formation des jeunes apprentis pour laquelle l’État avait pris l’engagement de verser toutes ces générations dans les Centres d’apprentissage professionnels. Jusqu’à présent, les maîtres artisans se sont rendu compte qu’aucune action allant dans ce sens n’a été menée.

Aussi le programme de dotation des maîtres artisans d’équipements et matériels d’usage pour la poursuite des formations à l’interne et la professionnalisation du secteur n’a pas fait l’unanimité. Et les rares personnes ayant bénéficié de ces équipements dits « matières d’œuvre » ont tous grillé leurs machines du fait de leurs états non compatibles à la réalité dans les ateliers et entreprises. Depuis 2014, nous apprennent ces maîtres artisans, ce dilatoire dans le secteur de l’artisanat persiste de plus en plus. Et ces acteurs de l’informel, qui ont arboré hier des brassards rouges, refusent de voir leurs apprenants détenir des Attestations Professionnelles au moment où les personnes qui leur ont appris le métier courent toujours derrière leurs diplômes ou un quelconque autre papier pouvant attester la profession qu’ils exercent.

 

ABDOULAYE FALL 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page