SOCIETE / FAITS DIVERS

Karack : Bataille Rangée Dans Une Mosquée

« A ouzou billahi mina shaytani rajim » ( Je cherche refuge auprès d’Allah contre Satan le lapidé). Cette évocation en Islam pour conjurer le mauvais sort a t-elle précédé la prière pour une Assemblée générale réussie comme il est de coutume, à l’entame de tout acte du musulman ?

Non, et pour cause. C’était chaud hier au niveau de la mosquée Amitié-Baobab-Karack. L’assemblée générale que nous annoncions et qui avait pour objet le renouvellement des membres du bureau du comité de gestion n’a pas pu se tenir. En effet, les deux camps qui se regardaient en chiens de faïence depuis que la date de son organisation a été officiellement retenue, ont mis leurs menaces à exécution, empêchant la tenue de l’Assemblée générale et à chacune des parties d’arriver à ses fins.
C’est le camp qui s’oppose à l’actuel comité qui est arrivé le premier. Une fois sur les lieux avec presque une centaine de personnes éparpillées n’importe comment dans l’enceinte de la mosquée, le camp de l’imam ratib va arriver, mais au compte-goutte. Et au lieu de prendre place à l’intérieur de la mosquée, les uns et les autres vont rester à l’extérieur jusqu’à ce que, soudainement, un car Ndiaga-Ndiaye rempli se gare et commence à déverser ses passagers. Commence alors les problèmes. Le camp opposé à l’imam accuse le fils de celui-ci d’avoir fait venir des personnes d’autres quartiers et, vite fait, ils dressent un cordon de sécurité pour filtrer les entrées ; mais, c’était sans compter avec la décision du camp adverse.
Conséquence : les choses dégénèrent rapidement. Chacun y va de ses moyens. Certains s’insultent, les autres s’envoient les chaises… ; c’est le sauve qui peut. Les femmes prises entre deux feux, traitent les deux parties de tous les noms. Il a fallu que la police intervienne pour que les protagonistes consentent à tout laisser en plan et à se conformer à la décision que prendra l’autorité.
Aux dernières nouvelles, c’est le préfet qui organisera l’assemblée générale de renouvellement à une date qu’il aura lui-même arrêtée.
Et pourtant, l’alerte a été faite par le camp adverse de l’Imam. «Des convocations parallèles (en annexe) ont été établies et signées par l’Imam ratib et distribuées par Mamadou Seck mentionnant ces points suivants : l’annonce du Bureau qu’il a décidé d’imposer mais aussi un accès limité aux populations pour assister à cette assemblée.
Nous avons aussi des informations nous faisant part d’un recrutement de nervis pour limiter les accès et intimider les populations. Je vous informe que nous n’accepterons pas cette attitude irresponsable, illégale, non conforme aux statuts et règlement intérieur. Pour éviter toute altercation pouvant aboutir à un trouble à l’ordre public, je vous prie de prendre toutes vos responsabilités», lit-on dans le document des membres de l’association dénommée «communauté musulmane des Sicap Amitié 3-Baobab-Karack» signé du président Biram Codou Mbengue.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page