CULTURE / ART

la bibliothèque du président Léopold Sédar Senghor en vente – Magazine Sénégal Njaay – Senegal-njaay.com

« En Afrique, un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle », a-t-on coutume de dire. En Normandie, une bibliothèque qu’on vend, c’est un patrimoine qui est dispersé… En l’occurrence, ce sont les milliers d’ouvrages ayant appartenu à l’ex-président sénégalais Léopold Sédar Senghor qui vont être vendus aux enchères le 16 avril prochain à Caen, en France.

Ce sont plus de 300 lots qui sont mis en vente, pour des sommes allant de 20 à 3 000 euros. Un trésor littéraire et patrimonial qui risque d’être éparpillé.

Le groupe de recherche international Léopold Sédar Senghor (groupe de chercheurs et d’universitaires fondé en 2022) appelle, dans une lettre adressée aux nouvelles autorités de Dakar, à racheter le lot avant qu’il ne soit trop tard, comme l’avait fait le gouvernement précédent en 2023 lors de la vente d’effets personnels du « président poète » disparu le 20 décembre 2001, à l’âge canonique de 96 ans. Le « président poète » sénégalais s’est éteint dans son domicile de Verson, en Normandie, où il s’était installé avec son épouse, après avoir quitté volontairement le pouvoir en 1980.

Maison de Léopold Sedar Senghor à Verson en Normandie : le clou de la visite est le bureau du président. La pièce est plus solennelle que le reste de la maison, dans des teintes rouge et or.
Maison de Léopold Sedar Senghor à Verson en Normandie : le clou de la visite est le bureau du président. La pièce est plus solennelle que le reste de la maison, dans des teintes rouge et or. © RFI/Isabelle Chenu

« On a, à peu près, un millier d’ouvrages de la bibliothèque personnelle de Senghor. Il y a tous les ouvrages des amis de Senghor et du mouvement de la négritude, Aimé Césaire, qui dédie par exemple le Discours sur le colonialisme à ce vieux Léopold Sédar Senghor, explique l’universitaire Céline Labrune-Badiane, au micro de Frédéric Garat, de la rédaction Afrique de RFI.

On a aussi des livres d’Aragon qui lui sont dédiés. On a le livre de Jean Price-Mars, donc l’ethnologue haïtien, qui a été vraiment très important dans la construction de la pensée de Senghor, et beaucoup d’ouvrages d’auteurs sénégalais, ouest-africains, qui constituent un patrimoine absolument majeur de la littérature sénégalaise et ouest-africaine, qui ont contribué donc au mouvement de la négritude.

Les modalités de leur rapatriement au Sénégal ne nous appartiennent pas, néanmoins, on voudrait attirer l’attention des nouvelles autorités, du futur ministre de la Culture, sur la nécessité, justement, de ramener ce patrimoine au Sénégal afin qu’il puisse être accessible au public. L’État du Sénégal peut très bien racheter au moins une partie de ces ouvrages. »

RFI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page