A LA UNE

La collaboration des différents acteurs, condition de succès du RGPH-5 (ministre)

Dakar, 26 avr (APS) – Le succès du 5ème recensement général de la population et de l’habitat au Sénégal implique ‘’la collaboration étroite’’ des différentes parties prenantes dont l’administration, les collectivités territoriales et les populations, a déclaré mardi le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott.

 

‘’Le succès de cette opération d’envergure nationale, nécessite, à travers son comité de pilotage, la collaboration étroite de l’administration, des collectivités territoriales, des institutions, de la société civile, des partenaires techniques et financiers mais aussi de toute la population’’, a-t-il affirmé.

 

Amadou Hott intervenait à l’ouverture de la première réunion du Comité de pilotage du 5ème recensement général de la population.

 

 

Il a rappelé que ‘’cette opération permet de disposer des données exhaustives, fiables et détaillées sur la population, les ménages et l’habitat, afin de bien formuler les politiques et programmes de développement économique et social’’.

 

Elle permet en effet de collecter des informations sur les caractéristiques démographiques, socio-économiques et culturelles des populations, ainsi que sur l’habitat et les conditions de vie des ménages, a-t-il ajouté. 

 

Il s’agit, dit-il, d’une opération ‘’prioritaire d’envergure nationale’’ visant à aider à formuler les politiques et programmes de développement économique et social.

 

Selon lui, ‘’le recensement général de la population et de l’habitat est une opération prioritaire d’envergure nationale qui concerne toutes les populations vivant sur l’ensemble du territoire’’.

 

 

‘’L’innovation majeure de ce 5ème recensement général de la population’’ réside dans le fait que ‘’tout sera numérique avec l’utilisation de 32.500 tablettes pour mener l’opération (…)’’, souligne le professeur Allé Nar Diop, le directeur général de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD). Il s’y ajoute que ‘’1000 ordinateurs’’ seront mis à la disposition des contrôleurs et superviseurs des enquêteurs, a-t-il signalé. 

 

Il précise que le comité de pilotage s’est vu assigner comme mission de ‘’définir d’une part les grandes orientations de ce recensement après le lancement de la cartographie censitaire qui a dénombré les habitations et les infrastructures et d’autre part de présenter l’état d’avancement du recensement’’.

 

Selon Pr Diop, ‘’la cartographie censitaire générale du 5ème recensement général de la population et de l’habitat est prévue de mars à décembre 2022 et le dénombrement se fera en juin 2023’’. 

 

Le 5ème recensement général et de l’habitat est un projet pluriannuel, qui va durer cinq années, soit de 2020 à 2024. Il comporte cinq grandes phases.

 

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération estime que ‘’dans un contexte de rareté des ressources, toutes les autorités étatiques doivent être sensibilisées pour la sécurisation des fonds déjà mis à disposition et particulièrement pour la résorption du gap de financement qui est à rechercher’’.

 

Le coût du 5ème recensement général et de l’habitat s’élève à 23 milliards de francs CFA.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page