SPORTS

La commune de Ndindy, dans le département de Diourbel, est secouée par des séries d’incendie. En effet, il y a 3 incendies qui ont été enregistrés, depuis samedi, dans cette commune. Le dernier en date s’est produit dans le village de Coki Ngouye où on note 3 concessions qui ont été réduites en cendre. Face à cette situation, l’adjoint au maire de Ndindy, Ablaye Sarr, plaide pour la mise en place d’un détachement des Sapeurs-pompiers dans cette localité. Selon lui, il y a 6 communes dans cet arrondissement. Les secours arrivent souvent en retard, à cause de l’éloignement des éléments de Diourbel qui doivent parcourir 25 km. Le premier incendié s’est produit à Diamakhaly où on a noté beaucoup de dégâts matériels. L’autre s’est déclaré à Méruba Syll, dans la localité de Poudre où il y a eu la mort d’un enfant. Adama NDIAYE

« Les juges ont considéré que la victime n’était pas consentante et qu’il existe des preuves, en plus du témoignage de la plaignante, permettant de considérer le viol comme prouvé », ont précisé les juges ce jeudi. L’ancien latéral devra aussi verser 150 000 euros à la victime, qui « ne dort plus, prend des médicaments et sort maintenant à peine de chez elle », selon les déclarations de sa cousine pendant le procès.

« Le tribunal considère comme prouvé le fait que l’accusé a brusquement saisi la plaignante, l’a jetée au sol et l’a pénétrée vaginalement, en évitant qu’elle ne bouge, alors que la plaignante disait non et qu’elle voulait s’en aller », a ajouté le tribunal ce jeudi.

Le parquet avait requis neuf ans de prison

« Je ne suis pas un homme violent », s’était défendu Daniel Alves, ex-joueur du Barça, du Paris-SG et de la Juventus, lors de son procès, assurant que la relation sexuelle avec la plaignante était consentie. Le joueur avait demandé à être innocenté ou, à défaut, à n’être condamné qu’à un an de prison, peine déjà purgé vu qu’il était incarcéré à titre préventif depuis le 20 janvier 2023 et que toutes les demandes de libération sous caution avaient été rejetées.

Le Brésilien, qui avait livré cinq versions différentes concernant les faits reprochés, insistant sur son état d’ébriété durant cette nuit précédant la Saint-Sylvestre, sachant que si l’alcool était retenu par les juges comme une circonstance atténuante, sa peine ne pouvait dépasser six ans d’emprisonnement. Au terme du procès, le parquet avait requis neuf ans de prison, alors que les avocats de la plaignante en demandaient douze. Les deux parties ont désormais la possibilité de faire appel.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page