ECONOMIE

La phase 3 du Papriz constitue « un appui important au Pnar »

A l’en croire, la mise en œuvre du Papriz 3 dans les aménagements hydro-agricoles de la vallée du fleuve Sénégal contribuera, sans nul doute, au renforcement des acquis pour l’atteinte des objectifs du Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar).  

Il présidait un atelier consacré au lancement officiel de la troisième phase du PAPRIZ 3, dont le financement est assuré par le Japon, à travers l’Agence internationale de la coopération japonaise (Jica). Le programme est mis en œuvre par la Société d’aménagement et d’exploitation des terres du delta du fleuve Sénégal (Saed). 

Le Papriz intervenait depuis 2010 dans la vallée du fleuve Sénégal (nord) durant ses deux premières phases. La troisième phase (2022-2027) cible prioritairement Dagana, Podor et Matam, dans la partie nord du Sénégal. 

« Le Papriz 3 aura un impact réel sur la production de riz au Sénégal à travers le renforcement et l’élargissement de la chaine de valeur du riz irrigué au niveau de la vallée du fleuve Sénégal », a confié le secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural. 

Dans la foulée, M. Ndao souligne que « le projet cadre parfaitement avec les objectifs du Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar) (…) dont une part importante est attendue de la vallée du fleuve Sénégal ». 

Il a signalé la mise à disposition d’experts japonais dans les domaines de l’irrigation, de la production, de la commercialisation et du marketing, pour, dit-il, « évaluer et développer une stratégie nationale hautement productive et compétitive ». 

« L’objectif du Papriz est d’appuyer techniquement tous les maillons de la chaine de valeur depuis les aménagements rizicoles jusqu’à la commercialisation en passant par la production et la transformation afin d’améliorer la productivité et la rentabilité de la riziculture dans la vallée du fleuve Sénégal », explique la Jica.

Le chargé d’affaires de l’ambassade du Japon à Dakar, Nakjima Daisuké, a réaffirmé la disponibilité de son pays à accompagner le Sénégal dans le développement des infrastructures agricoles, à travers notamment l’assistance technique. 

Il a aussi salué les résultats probants issus des phases 1 (2010-2015) et 2 (2016-2021) du Papriz. Selon le diplomate japonais, « le projet a eu un impact sur l’amélioration de la productivité et de la qualité du riz ». D’après lui, la « vulgarisation des techniques rizicoles et la gestion et maintenance des systèmes d’irrigation », a permis une « réduction des pertes post-récoltes ».

Bassirou MBAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page