A LA UNEACTUALITÉS

La Raddho scandalisée par l’arrestation de personnes qui veulent exercer leur droit de manifester – Sud Quotidien

Suite à la mise sous mandat de dépôt des responsables de l’opposition, la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (Raddho) s’est montrée vivement préoccupée par la brusque détérioration de la situation politique, dans un communiqué parvenu à la rédaction ce lundi 20 juin.

Après avoir fustigé l’interdiction de marche de la coalition Yeewi Askanwi et les conséquences de cette décision que sont notamment la mort de trois Sénégalais et les nombreuses arrestations, l’organisation dénonce l’emprisonnement des leaders de la coalition politique à l’initiative du rassemblement.  Plusieurs responsables de la Coalition ont été arbitrairement « assignés à résidence », ou arrêtés en même temps que d’autres manifestants pour le motif de participation à une manifestation non-autorisée. Le député Mame Diarra Fam, le mandataire de la Coalition Yaw, Dethié Fall, le maire de la ville de Guédiawaye,  Ahmed Aïdara et l’activiste Guy Marie Sagna font partie des personnalités interpellées.

Il est inconcevable juge la Raddho, que « dans un pays qui est considère comme l’un des plus démocratiques du continent, que des citoyens perdent leur vie ou soient arrêtés et traités comme de simples malfrats pour avoir simplement voulu exercer leur droit fondamental de manifester consacré par la Constitution du Sénégal ».

Elle invite en conséquence les autorités sénégalaises à se départir, dans la gestion de l’ordre public, de la logique de confrontation qu’elles semblent privilégier dans leurs relations avec l’opposition sénégalaise, qui ne peut qu’être source de tensions inutiles compromettant gravement la paix et la stabilité de notre pays.

Mieux,  elle souhaite l’ouverture immédiate d’une enquête indépendante pour déterminer les conditions dans lesquelles ces personnes ont perdu la vie afin de situer les responsabilités et d’en tirer toutes les conséquences de droit.

La Raddho exige aussi la libération sans condition de toutes les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations du 17 juin 2022 et le respect, par les autorités des droits constitutionnels reconnus aux sénégalais.  Le souhait de la Raddho est qu’également les membres de la Coalition Yaw et aux autres membres de l’opposition d’abandonner la logique de surenchère et de privilégier, particulièrement en cette période pré-électorale, le dialogue politique et les voies de droit afin d’éviter à notre cher Sénégal l’instabilité politique qui risque de compromettre la tenue d’élections législatives libres et sincères.

Pour l’apaisement de la tension politique l’organisation plaide à ce que les autorités religieuses et la communauté internationale initient une médiation pour inciter les acteurs politiques en jeu à aller vers des élections apaisées, libres et démocratiques.

Fatou NDIAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page