ACTUALITÉSDIPLOMATIEINTERNATIONAL

La Russie prend la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU

La Russie a pris ce samedi la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU, et ce pour tout le mois d’avril. Pour l’Ukraine, cette présidence est comme « une gifle au visage de la communauté internationale » et « un poisson d’avril » pour les Occidentaux.

« La présidence russe du Conseil de sécurité des Nations unies est une gifle au visage de la communauté internationale », a déploré sur Twitter le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.

Selon lui, « les membres actuels » de l’organe exécutif de l’ONU doivent « contrecarrer toute tentative » de la Russie d' »abuser de sa présidence ».

Jeudi, M. Kouleba avait déjà qualifié cette présidence russe de « mauvaise blague », estimant que « la Russie a usurpé son siège ; elle livre une guerre coloniale ; son président est un criminel de guerre recherché par la Cour pénale internationale pour enlèvement d’enfants ».

Ces critiques de la part de Kiev n’ont toutefois pas empêché Moscou d’assurer que sa délégation à l’ONU ce mois-ci, pour succéder au Mozambique, serait bien dirigée par le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

« Un autre événement clé de la présidence russe sera le débat public de haut niveau du Conseil (de sécurité) sur +Un multilatéralisme efficace à travers la défense des principes de la Charte des Nations unies+. Cette réunion sera présidée par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov », a même déclaré jeudi à la presse sa porte-parole, Maria Zakharova.

Elle a souligné que M. Lavrov comptait aussi présider une session de débats sur le Moyen-Orient le 25 avril.

– « Honteux » –

Les soutiens diplomatiques de Kiev, en premier lieu les Etats-Unis, se sont rapidement élevés contre une telle position.

« Nous nous attendons à ce que la Russie continue à se servir de son siège pour propager de la désinformation et essayer de détourner l’attention de ses tentatives de justifier ses actions en Ukraine et les crimes de guerre que les membres de ses forces armées commettent », a commenté jeudi la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.

« Un pays qui viole de façon flagrante la Charte de l’ONU et envahit son voisin n’a pas sa place au Conseil de sécurité », a-t-elle lancé.

Le président russe Vladimir Poutine s'exprime lors d'une réunion au Kremlin à Moscou, le 15 février 2018.

 

Johnson regrette l’état de la relation avec Moscou lors d’un appel à Poutine

Les pays baltes, autres appuis importants de Kiev et fortement opposés à Moscou, ont quant à eux parlé samedi de « poisson d’avril ».

« Le (jour du) poisson d’avril est un jour parfait » pour la Russie, a raillé le ministère lituanien des Affaires étrangères. « La Russie, qui livre une guerre brutale à l’Ukraine, ne peut diriger que le +Conseil de l’insécurité+ ».

A l’ONU, la Russie dit pour sa part faire face à « l’Occident collectif », qui l’a mise au ban des nations mondiales depuis le déclenchement de son offensive militaire en Ukraine en février 2022.

La première réunion du Conseil de sécurité sous l’actuelle présidence russe aura lieu lundi matin mais il ne s’agira que de discussions habituelles à huis clos sur le programme de travail du mois.

Elle sera suivie, comme à l’accoutumée, d’une conférence de presse du nouveau président de cette instance, l’ambassadeur de Russie Vassili Nebenzia.

Il s’agit d' »une présidence tournante. C’est chaque mois, c’est une présidence courte et ce n’est pas essentiel comme une présidence du G20, du G7 ou de l’Union européenne où vous présidez six mois ou un an et où vous injectez votre propre ordre du jour », a à cet égard insisté un diplomate au Conseil de sécurité des Nations unies.

« En cas d’abus de la part de la présidence, nous réagirons, bien sûr. Ce n’est pas le sujet. L’important, c’est la guerre en Ukraine et de s’assurer que nous mettrons fin à cela », a-t-il ajouté.

La présidence russe aux Nations unies intervient une semaine après que Vladimir Poutine a annoncé vouloir déployer des armes nucléaires tactiques au Bélarus, son seul allié diplomatique européen, renforçant les craintes des Occidentaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page