A LA UNEDiplomatie

L’Ambassadeur de l’Ukraine à Dakar dément le traitement raciste des noirs à la frontière

L’Ambassadeur de l’Ukraine à Dakar, Yurii Pyvovarov, a démenti les accusations de racisme aux frontières entre l’Ukraine et la Pologne dont seraient victimes les Africains. Recevant Diallo Diagne, fils de l’ancien Grand Serigne de Dakar, il a indiqué que d’après les dernières informations qu’il aurait reçues des services frontaliers ukrainiens, tout le monde passe mais à tour de rôle.

« Ils passent par ordre d’arrivée, mais surtout par ordre de priorité », a indiqué le diplomate. « Il y a trois catégories qui ont le droit prioritaire de passer, les femmes, les enfants, les blessés. Et tout le reste doit patienter », a-t-il indiqué sur Dakaractu. Avant de faire savoir à nouveau qu’il n’y a aucune différence observée dans les droits de passage.

« Il ne s’agit pas du tout de couleur de la peau. J’ai dit cela au ministre des Affaires étrangères (ndlr : Aïssata Tall Sall), non mille fois non, c’est faux de penser que l’Ukraine bloque quelqu’un… des Africains sur la base de la couleur de peau, Non! Tout le monde passe », a-t-il soutenu.

La Pologne parle de fake-news
De l’autre côté, l’Ambassade de Pologne à Dakar a aussi réagi dans un tweet qualifiant de « fake-news » ces informations. Elle assure que les réfugiés fuyant l’Ukraine entrent en Pologne quelle que soit leur nationalité. Bien que le groupe dominant soit les citoyens Ukrainiens, les gardes-frontières ont également fait entrer en Pologne des ressortissants de pays tels que les États-Unis, le Nigeria, l’Inde ou encore, la Géorgie.

 

Lundi soir, dans un communiqué le président en exercice de l’Union Africaine Macky Sall, et le Président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, ont exprimé leur préoccupation suite aux informations selon lesquelles les citoyens Africains, se trouvant du côté Ukrainien de la frontière, se verraient refuser le droit de traverser la frontière pour se mettre en sécurité.

Les deux autorités ont rappelé que toute personne a le droit de franchir les frontières internationales pendant un conflit et, à ce titre, devrait bénéficier des mêmes droits de traverser la frontière pour se mettre à l’abri du conflit en Ukraine, quelle que soit sa nationalité ou son identité raciale.

« Les rapports selon lesquels les Africains sont l’objet d’un traitement différent inacceptable seraient choquants et racistes et violeraient le droit international », ont-ils dans le communiqué, exhortant tous les pays à « respecter le droit international et à faire preuve de la même empathie et du même soutien envers toutes les personnes qui fuient la guerre, nonobstant leur identité raciale ».

Sall et Faki ont salué « l’extraordinaire » mobilisation des Etats membres de l’UA et de leurs Ambassades dans les pays voisins pour accueillir et orienter les citoyens Africains et leurs familles qui tentent de traverser la frontière de l’Ukraine pour se mettre en sécurité.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :