ECONOMIE

Le Club Afrique développement du groupe Attijariwafa bank et sa filiale congolaise le Crédit du Congo font focus sur l’agro-industrie

L’Afrique doit produire ce qu’elle consomme et consommer ce qu’elle produit. C’est le message fort que l’on peut retenir   de l’édition 2022 de la « Mission multisectorielle du Congo et rencontres d’affaires » qui se tient les 29 et 30 septembre à Congo Brazzaville.
Prenant la parole à l’ouverture des travaux, la ministre congolaise du Plan, de la statistique et de l’intégration régionale s’est « réjouie que le groupe Attijariwafa bank ait choisi sa filiale congolaise, le Crédit du Congo pour accueillir cette année le grand forum, coïncidant ainsi à la première année du Plan national de développement 2022-2026 ».

Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas  a souligné tout   l’intérêt du thème retenu à savoir : le « Plan national de développement 2022-2026, un vivier d’opportunités et de création de valeur : focus sur l’agro-industrie », ce qui selon elle se traduit par  la belle mobilisation de tous les acteurs pour y prendre part.

S’agissant de l’agriculture au sens large, ajoute -t- elle, en lien avec le pilier 1 du Plan national de développement, elle permet d’atteindre plusieurs objectifs de développement durable en Afrique sub-saharienne.

Dans ce secteur, elle renseigne que près de 60% de la population active de la région tire ses revenus des activités agricoles, et que son essor permet assurément d’atteindre l’objectif de développement durable numéro 1 qui est la réduction de la pauvreté à l’horizon 2030.

A l’en croire, l’agriculture est un vecteur de croissance durable et solidaire. C’est aussi le socle d’un système essentiel pour une alimentation nutritive saine et accessible.  D’ailleurs, note-t-elle, les conséquences de la guerre entre la Russie et l’Ukraine montrent que l’Afrique dépend beaucoup de l’extérieur et donnent le signal que les secteurs public et privé africains doivent se mobiliser pour le développement de l’agro-industrie en vue surtout de la réduction des importations de produits alimentaires.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page