POLITIQUE

Le coup d’État a échoué : le Conseil constitutionnel a mis les points sur les i

Il a annulé le décret du Président-putchiste abrogeant son propre décret convoquant le corps électoral et il a aussi invalidé la loi votée manu militaru par l’Assemblée nationale en vue de reporter la date de l’élection présidentielle et par conséquent de prolonger le mandat du Président.

Le Conseil constitutionnel a non seulement rétabli le processus électoral mais il a confirmé que le mandat du Président de la République s’arrêtera le 2 avril 2024.

C’est une victoire à plat de couture sur le Président-putchiste, contaminé par la fièvre dictatoriale.

C’est la victoire de l’éthique et de la morale sur la force oppressive qu’il exerce sur le peuple sénégalais.

C’est la défaite du maa tey, des décisions arbitraires délibérées, de la violence gratuite exercées sur des citoyens innocents, des rafles sans raisons de militants innocents envoyés irrégulièrement en prison et sans jugement, des assassins qui circulent libres dans notre pays et des prisonniers qui croupissent dans des prisons bondées.

Hier soir, les décisions des sept sages ont provoqué une onde de choc qui a touché tout le Sénégal et la Diaspora.

Le Président-putschiste nous avait volé notre honneur et notre dignité en proclamant son coup d’État.

Fort heureusement, le Conseil constitutionnel nous a rendu notre fierté de regarder les autres habitants de l’Afrique et du monde, les yeux dans les yeux, sans jamais devoir les baisser à cause d’un quelconque complexe d’infériorité démocratique.

Nous devons rendre grâce à Dieu de nous avoir donné cette sortie pacifique de crise.

Je félicite et remercie nos sept sages pour leur inébranlable éthique républicaine.

Maintenant préparons intensément les élections pour les gagner dès le premier jour.

Occupons-nous de l’essentiel. Gagner au premier tour ses élections.

Laissons au Président-putchiste le soin de s’occuper de libérer ses prisonniers innocents qui lui brûlent les mains, de tenter de sauver ses hors la loi financiers ou institutionnels, arrogants et prédateurs, les assassins des manifestants qui marchent incognito au sein de la population et de protéger les intouchables de la République qui ont mis à genou l’économie du pays et contribué à réduire les revenus des populations défavorisées.

Donnons l’espoir aux Sénégalaises et aux Sénégalais.

Ils attendent des solutions à leurs problèmes quotidiens dont ne s’est pas soucié le Président-putchiste et son équipe.

Ils veulent que la morale et l’éthique intègrent la gouvernance de notre pays.

Nous devons rester vigilants car le monstre est toujours vivant.

Dans un dernier sursaut suicidaire le Président-putschiste qui a organisé délibérément le sabotage des différentes étapes du processus électoral, est toujours capable de tenter un dernier coup d’État.

Cependant s’il le tentait, son échec sera plus cuisant que cette tentative de putsch qui a lamentablement échoué.

Soyons heureux d’avoir un pays comme le Sénégal.

Si vous aviez les bras croisés, étiez des observateurs de la scène politique sénégalaise, le moment de votre engagement a sonné.

N’acceptez plus d’être le lourd fardeau que traînent les autres sénégalais dans le chemin difficile de l’émancipation de notre pays.

Donnons-nous la main, sans exclusive, engageons-nous à la transformation de notre pays pour installer définitivement le bonheur dans les yeux de tous les enfants défavorisés.

En avant pour un Sénégal souverain, libre, juste et prospère !

Je vous souhaite une excellente journée sous la protection divine. Juma Mubaarak.

Dakar, vendredi 16 février 2024
Professeur Mary Teuw Niane

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page