A LA UNEACTUALITÉS

Le jeu : les Lions ont trop accepté la domination

Tout semblait fonctionner à merveille. Quand les «Lions» ont ouvert le score à la 4e mn du jeu, douchant ainsi les ardeurs d’un Charles Konan Banny acquis à la cause ivoirienne, personne ne se doutait de ce qui allait se passer dans les 85 autres minutes à jouer. Une mauvaise option sénégalaise dans un système qu’il a reconduit a fait gripper la machine pour faire revenir la Cote d’Ivoire dans le match.

Pape Guèye (blessé) Absent, coïncidant avec les retours de Moussa Niakhaté (blessé) et Abdou Diallo (suspension) dans le onze, Aliou Cissé avait toutes les raisons de reconduire sa formule fétiche. Cette formule devenue une machine à gagner dans les phases de poule a montré ses premières limites au mauvais moment. Car force est de reconnaître que les «Lions» pour une fois depuis le début du tournoi ont trop accepté la domination. Une acceptation qui a grippé l’animation du jeu des «Lions». L’essentiel était ailleurs plutôt que d’essayer d’animer un système déraillé. C’est vrai que devant il y avait la Côte d’Ivoire devant son public, mais ce n’est pas une raison pour la bande à Kalidou Koulibaly de faire le bloc bas et laisser le ballon aux Ivoiriens. Surtout que les phases de poule ont montré que la Côte d’Ivoire se découvre come elle veut quand elle prend un but. C’est ce que la Guinée Equatoriale a exploité (4-0) contrairement au Sénégal qui a tenté de gérer une petite avance à partir de la 5e mn de jeu. Tant bien que mal et avec une main ferme d’Edouard Mendy, le Sénégal a fait face et repoussé tous les assauts ivoiriens. Sentant le coup venir, la Côte d’Ivoire n’a pas levé les pieds malgré les incursions menaçantes des attaquants sénégalais. C’est finalement à la 85e mn que la domination a payé. Le portier sénégalais auteur d’un bon match commet une faute dans sa surface pour un penalty confirmé par la Var et transformé par Franck Kessié.

Habib, Camara et Pape Matar Sarr les sacrifiés

Dans un bloc bas, il y a souvent des joueurs qui se sacrifient surtout dans le domaine physique. Et face à la Cote d’Ivoire Pape Matar Sarr et Lamine Camara ont fait montre de leur jeunesse pour courir dans tous les sens afin d’empêcher les tentatives ivoiriennes. Repliés jusque dans leur propre zone, les deux milieux sénégalais étaient au four et au moulin. Au niveau de l’attaque, Habib Diallo n’a pas seulement marqué pour le Sénégal. Il s’est sacrifié en descendant jusque dans la zone sénégalaise afin d’aider dans le pressing bas. Généreux dans l’effort, il s’est beaucoup donné dans les phases défensives avant de céder sa place à la 66e mn à Nicolas Jackson.

Le banc n’a pas répondu présent

L’une des forces de l’équipe du Sénégal dans ce tournoi a été sans aucun doute la richesse de son banc. En qualité comme en quantité. Un banc qui a été décisif à tous les matches sauf hier. Pire encore, il n’a pas répondu présent. Les entrées de Nicolas Jackson, Gana Guèye, Ilimane Ndiaye et Bamba Dieng n’ont pas apporté grand-chose à l’équipe. D’ailleurs, le timing de leurs entrées en jeu a même posé problème. Ismaila Sarr est sorti au moment où il répétait les efforts avec des échappées qui auraient pu corser l’addition et assommer pour de bons les Ivoiriens. Une première fois depuis le début du tournoi que le banc sénégalais n’ait pas véritablement joué sa partition.

Par Mariama Djigo, Omar Diaw, Abdoulaye Thiam (Envoyés spécaux) et K.A.GUEYE (Correspondance particulière)   

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page