A LA UNEACTUALITÉS

Le président de la commission de l’UA « condamne fermement » l’attaque israélienne contre des Palestiniens

AA/Tunis/Nadia Chahed

« Le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, condamne fermement l’attaque des forces israéliennes, qui a tué et blessé plus de 100 Palestiniens cherchant une aide humanitaire vitale dans le nord de Gaza occupé, le jeudi 29 février 2024 », a rapporté l’Union africaine (UA) dans un communiqué.

Il « appelle à une enquête internationale sur cet incident afin que les auteurs répondent de leurs actes », précise le communiqué.

Mahamat a, en outre, réitéré l’appel de l’Union africaine à un cessez-le-feu immédiat et inconditionnel en Palestine occupée afin de mettre fin à l’assaut continu et croissant de l’État d’Israël contre les vies et les moyens de survie du peuple palestinien.

Le Président de la Commission de l’UA a, par ailleurs, appelé « la communauté internationale, et en particulier les grandes puissances mondiales, à assumer leurs responsabilités pour imposer de toute urgence la paix et garantir les droits du peuple palestinien ».

Jeudi, les forces israéliennes ont ciblé un rassemblement de Palestiniens attendant l’arrivée de camions transportant de l’aide dans la zone du « rond-point de Nabulsi », au sud de la ville de Gaza, selon le bureau des médias du gouvernement dans la bande de Gaza, tuant 112 personnes et en blessant 760 autres, selon le ministère de la Santé dans l’enclave palestinienne.

En raison de la guerre et des restrictions israéliennes, les habitants de Gaza, sont au bord de la famine, compte tenu d’une grave pénurie de nourriture, d’eau, de médicaments et de carburant, avec le déplacement d’environ deux millions de Palestiniens de la bande de Gaza, assiégée par Israël depuis 17 ans.

Depuis le 7 octobre 2023, Israël mène une guerre dévastatrice dans l’enclave palestinienne, faisant des dizaines de milliers de victimes civiles, pour la plupart des enfants et des femmes, en plus d’une catastrophe humanitaire sans précédent et d’une destruction massive des infrastructures, qui ont conduit Tel Aviv à comparaître devant la Cour internationale de Justice pour des crimes de « génocide ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page