Economie

Le projet commun d’appui à la mise en œuvre fait le point sur ses avancées

Selon un communiqué de presse, en janvier et février 2022, des consultations ont eu lieu entre la Cea, la Cir, l’Itfc, la Tdfd et les pays bénéficiaires pour préparer les termes de référence des activités clés du projet conjoint et leur calendrier de mise en œuvre. Dans sa première phase, qui s’étend jusqu’en Juin 2023, le projet prévoit la mise en œuvre de trente activités dont d’importants ateliers dans les pays, la réalisation d’études spécifiques  et  la conception d’instruments de communication. Ces activités sont organisées en trois grandes catégories pour soutenir l’opérationnalisation de la Zlecaf.  :

«Pour les populations africaines, il est important de réaliser la promesse de la ZLECAf d’une intégration économique plus grande et plus profonde afin d’attirer les investissements, de développer le commerce, de créer de meilleurs emplois, d’éliminer la pauvreté et d’accroître la prospérité partagée. La mise en œuvre réussie de l’accord de libre-échange est essentielle pour la réalisation de cet engagement et les pays bénéficiaires du projet conjoint, à savoir le Burkina Faso, la Guinée, le Niger, le Sénégal et le Togo, doivent disposer des capacités, des outils d’information et des instruments politiques nécessaires pour mettre en œuvre efficacement la Zlecaf », lit-on dans le communiqué. 

C’est la raison pour laquelle le projet conjoint entre le Cir, la Bid, l’Itfc, la Tdfd et la Cea a été développé pour soutenir l’opérationnalisation de la Zlecaf. Selon la même source, les activités de soutien du projet ont été proposées par les pays bénéficiaires conformément aux plans d’action inclus dans leurs stratégies nationales de Zlecaf.

Somme toutes, précise-t-on, une quinzaine d’activités  approuvées dans le cadre du projet sont prévues d’ici à juin 2023 dans les cinq pays bénéficiaires.

Adou Faye 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :