ACTUALITÉSAFRIQUESPORTS

Le rêve de Dennis Kasumba, receveur à 18 ans et originaire d’Ouganda

Un jeune Ougandais, étoile montante d'une équipe de baseball américaine

Au cœur du Maryland, l’équipe de baseball des Frederick Keys a présenté la semaine dernière son nouveau joueur, un joueur différent de tous ceux que l’équipe a connus au cours de ses 35 années d’existence.

Kasuma a récemment transformé ce qui semblait être un rêve impossible en une réalité, passant des terrains accidentés de son pays d’origine à l’herbe entretenue des stades de baseball professionnel américains. Pour ceux qui suivent son parcours, il est un symbole de résilience.

Le jeune joueur, qui a perfectionné ses compétences dans les rues boueuses de l’Ouganda en utilisant de vieux pneus et des bidons d’huile, se retrouve aujourd’hui à jouer dans une ligue de baseball amateur de haute qualité, un cran en dessous des ligues mineures professionnelles.

« Mon premier match a été très, très bon parce que j’ai affronté un lanceur qui lançait à 152 [km par heure]. Et j’ai frappé« , a déclaré Kasumba à VOA. « J’ai besoin de frapper parce que je suis ici pour frapper, pour montrer mon talent, je suis prêt à frapper. Je veux montrer que je peux frapper. Je veux leur montrer que je sais lancer ».

L’un de ces admirateurs est Joshua Williams, un avocat américain passionné de baseball qui a contribué à faire du rêve du jeune Kasumba une réalité.

« Tout a commencé parce que j’ai vu une vidéo de lui frappant avec un pneu, frappant une balle de baseball avec une bouteille de Coca-Cola », a déclaré Williams. « Je l’ai contacté sur Facebook et j’ai commencé à lui parler. Nous avons parlé de ses rêves et de ses aspirations. »

Il a fallu près de deux ans à Kasumba pour obtenir un contrat avec une équipe américaine et plusieurs tentatives auprès de l’ambassade des États-Unis en Ouganda pour obtenir un visa de voyage. Williams et quelques amis ont intensifié leurs efforts après le rejet de sa troisième demande de visa.

« Nous avons commencé à renforcer notre demande de visa pour lui. Plusieurs avocats spécialisés en droit de l’immigration de mon cabinet sont intervenus et ont dit qu’il fallait trouver une solution ensemble », a déclaré M. Williams à la VOA. « Nous nous sommes donc mis d’accord. Sa demande a été rejetée le vendredi. Le mardi, nous avons reçu un appel de l’ambassade, qui nous a dit de nous présenter jeudi à 14 heures.

Kasumba n’est pas le premier Ougandais à s’essayer au baseball de haut niveau. L’année dernière, les Dodgers de Los Angeles ont signé des contrats avec deux Ougandais, Umar Male et Ben Serunkuma. Tous deux ont joué quelques matchs dans les ligues mineures.

Son désir d’apprendre

Lors de ses débuts, Kasumba a montré qu’il pourrait lui aussi avoir un avenir dans le baseball, et a également souligné son désir d’apprendre.

« Quand j’ai vu mes lanceurs lancer à 140, 152, 157 km/h je me suis dit : est-ce que je peux frapper ces gars-là ? Ils sont plus rapides. Mais quand je suis arrivé à ma première frappe, j’ai dit dans mon cœur : je peux frapper, parce que je crois en moi », a-t-il déclaré.

Pour le manager de Frederick Keys, Rene Rivera, Kasumba donne déjà un coup de boost à l’équipe. « Ce gars a tellement d’énergie, il apporte tellement aux autres gars, vous savez, il travaille dur », a déclaré Rivera. « Nous avons tous vu certaines de ses vidéos sur Instagram, la passion qu’il met derrière lui pour pouvoir être bon. Et je pense que les joueurs le voient déjà, ils viennent et travaillent. »

Kasumba, qui a grandi comme orphelin à Wakiso, en Ouganda, est déterminé à tirer le meilleur parti de cette opportunité.

« Il y a beaucoup d’enfants, des gens qui m’appellent par mon nom, mon numéro de maillot : Kasumba ! Kasumba ! Kasumba ! C’est la première fois que quelqu’un me demande une signature, des photos », a-t-il déclaré. « J’ai été très surpris. Je me sens très, très bien. Je pense que je suis béni. »

Les mois à venir apporteront à Kasumba autant de défis que d’opportunités. Pour y faire face, le jeune homme peut compter sur quelques personnes, à commencer par son manager.

« Nous l’avons aidé à venir ici. Et maintenant, il est là », explique Rivera à VOA Afrique. « Je pense donc que mon rôle est d’être son modèle, de lui montrer ce que je sais et ce que j’ai appris en jouant au baseball pendant de nombreuses années, de l’aider à passer à l’étape suivante. Je pense que c’est mon principal objectif à l’heure actuelle », a-t-il dit.

Le poste de receveur est le plus compliqué et le plus difficile physiquement du baseball, mais Rivera peut apprendre beaucoup à Kasumba, lui qui a passé 13 ans en tant que receveur dans les ligues majeures.

voa

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page