A LA UNEACTUALITÉS

Le Vatican se justifie pour les bénédictions de couples homosexuels

Le Vatican essaie d’éteindre la polémique sur la question des bénédictions de couples homosexuels. Un communiqué de presse de cinq pages a été publié, ce jeudi 4 janvier, pour aider « à clarifier » la réception de la récente déclaration du dicastère pour la doctrine de la foi, signe du trouble que ce document a provoqué au mois de décembre. « Fiducia Supplicans », le nom de cette déclaration, autorise en effet des bénédictions aux couples dit « irréguliers » par des prêtres, y compris des couples homosexuels.

L’autorisation par le Vatican de la bénédiction des couples homosexuels et des couples dits en « situation irrégulière », comme les personnes non mariées et les divorcés remariés, avait rapidement mis le feu aux poudres, signale Pierre Firtion, du service Afrique de RFI. Du Malawi au Cameroun, en passant par la Zambie, le Zimbabwe, la RDC, le Congo-Brazzaville, le Nigeria ou encore le Togo, la contestation a gagné l’ensemble du continent.

À tel point que le 20 décembre, le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa et président du symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar avait lancé un appel aux conférences épiscopales du continent. Appel pour « rédiger une seule déclaration synodale, valable pour toute l’église d’Afrique ». La démarche a pu surprendre d’autant que le cardinal Ambongo est réputé proche du pape François.

Mais pour l’archevêque de Kinshasa, « l’ambiguïté de la déclaration du 18 décembre, qui se prête à de nombreuses interprétations et manipulations, suscite beaucoup de perplexité parmi les fidèles ». En clair, certains y ont vu là un changement doctrinal. Derrière cette fronde, il y a la question de la reconnaissance de l’homosexualité. Un sujet extrêmement sensible sur le continent. Un chiffre résume bien l’étendue du problème : 32 pays sur 54 interdisent aujourd’hui l’homosexualité en Afrique

Une « réflexion pastorale »

De son côté, le Vatican souligne « la nécessité d’un plus long temps de réflexion pastorale » pour comprendre la teneur du texte, écrit notre correspondant sur place, Éric Sénanque. Le document « reste clair et classique sur le mariage et la sexualité » précise le communiqué, il n’y a donc aucune raison que ce document soit considéré « comme hérétique, contraire à la tradition de l’Église ou blasphématoire. »

Garante du dogme, la Doctrine de la foi souhaite ainsi rassurer ceux qui craignent que la bénédiction des couples de même sexe puisse ouvrir un jour la porte à la reconnaissance des unions homosexuelles. Le document du Vatican admet reconnaître la diversité des contextes culturels locaux où parfois l’homosexualité est criminalisée.

La « réponse d’un pasteur à deux personnes »

« S’il existe des législations qui condamnent à l’emprisonnement et, dans certains cas, à la torture voire à la mort le simple fait de se déclarer homosexuel, on comprend qu’une bénédiction serait imprudente », souligne ainsi le communiqué de presse. Il reste néanmoins important que certaines conférences épiscopales « ne défendent pas une doctrine différente de celle de la déclaration approuvée par le pape » du mois de décembre 2023.

En aucun cas, rappelle le Vatican, ces nouvelles bénédictions ne sont « une consécration de la personne ou du couple qui les reçoit, ni une ratification de la vie qu’elles mènent. Il s’agit simplement de la réponse d’un pasteur à deux personnes qui demandent l’aide de Dieu ». Une allusion sans les nommer à plusieurs pays d’Afrique, où les évêques se sont inquiétés face à l’autorisation de bénir des unions homosexuelles.

Source: rfi

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page