SOCIETE / FAITS DIVERS

Le vol à l’arrachée hante le sommeil des populations  – Rewmi.com

Les agressions dans le département de Guédiawaye sont monnaie courante. Les populations ne parviennent plus à dormir tranquille. Des portables de luxe et des sacs, tout y passe. Des jeunes par bandes organisées commettent leur forfait avant de disparaître. Les conducteurs de scooter sont pointés du doigt. 

 Au niveau de la corniche, les lampadaires sont le plus souvent éteints mais ont été allumés par la municipalité. Le vol à l’arrachée  « reprend » donc de plus bel dans la banlieue. Les jeunes filles sont ainsi les cibles privilégiées. Les populations de la banlieue sont le plus souvent au dehors. Dès lors, des agresseurs en profitent pour s’adonner à leur jeu favori : le vol à l’arraché. Tel ce fut le cas presque tous les jours dans les différents quartiers. De jeunes agresseurs alpagués par des jeunes.

Leur acolyte a réussi à prendre la poudre d’escampette. De même que dans certaines zones, les maisons inachevées leurs servent de repère. Souvent ce sont des hurlements qui sont entendus non loin du croisement Béthio Thioune. Une bande de jeunes en furies, armés de pierres ont poursuivi un jeune agresseur. Celui-ci finit par prendre la ruelle qui mène vers la mosquée, mais sans succès car d’autres le guettaient. Bancs, bâtons…tout y passait. 

Des coups de poings à la figure, d’autres le soulevèrent avant de le laisser tomber par terre. Des cris de détresse n’empêcheront pas ce jeune agresseur de recevoir la colère des populations sorties en masse.  Selon des témoins, ils étaient sur leur scooter en attendant de passer à l’acte.

Et c’est une jeune fille qui en paiera les frais. « Ils ont attendu que la fille sorte son téléphone pour que l’un des agresseurs la menace avec un long couteau qu’il avait par devers lui. La fille a crié et un chauffeur est parvenu à les coincer en les heurtant », explique un gardien armé de gourdin. Selon lui, l’un des agresseurs qui tenait le couteau a pris la fuite pour ne pas être lynché par la foule », a fait savoir un témoin. « Dans tous les cas, nous avons déjà lancé une alerte à l’endroit des autorités. Nous allons leur faire la fête car nous ne parvenons plus à dormir tranquillement car un jeune a aussi été agressé par ces même bande qui opère à pareille heure de la nuit, nous en avons marre et advienne que pourra », mettent-elles en garde. 

Des femmes ont aussi par la même occasion pour inviter les limiers à redoubler de vigilance. Même si l’on note que des patrouilles sillonnent toujours les différentes artères. 

MOMAR CISSE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page