CULTURE / ART

« L’ENJEU, C’EST DES BATAILLES POUR QUE LE RÊVE UNIVERSEL NE SOIT PLUS UNE UTOPIE », (CACSEN)

Le Musée des civilisations noires a abrité ce mercredi 28 décembre 2022 une journée de partage autour de l’œuvre du Professeur Joseph Ki-Zerbo. Une initiative de la communauté africaine de culture, section Sénégal (Cacsen), sur le thème : ‘’La problématique de l’Éducation en rapport avec les importantes contributions du Professeur Joseph Ki-Zerbo en la matière’’.

« Nous l’avons tenu dans le cadre d’un effort à fournir dans l’imaginaire africain. Nous avons toujours dit que les nations en gestation ont besoin d’imaginaire, a expliqué le président de la Cacsen, Alpha Amadou SY, interpellé à ce propos. L’imaginaire passe par la reconnaissance des femmes et des hommes de valeur qui ont travaillé pour le continent africain. Dans ce lot, nous comptons un grand monsieur en la personne de Joseph Ki-Zerbo, qui a travaillé au moins sur deux axes essentiels : réécrire l’histoire africaine et insister sur l’éducation. »

« Éduquer ou périr »

L’écrivain-philosophe en veut pour preuve l’ouvrage du Pr Ki-Zerbo intitulé ‘’Éduquer ou périr’’. Lequel, a-t-il rappelé, « montre aujourd’hui que l’enjeu sur l’Afrique, c’est l’éducation, revoir l’école, nos systèmes éducatifs et assurer l’articulation entre les savoirs et nos réalités, nos vécus en tant que hommes du 21e siècle. »

Pr Alpha Amadou SY de poursuivre : « Il (Pr Joseph Ki-Zerbo) dit que dès le départ, nous sommes porteurs d’une carence originelle. C’est-à-dire le colon quand il est venu, il nous a coupés de nos racines africaines, imposer un système dans lequel nous ne nous retrouvons pas. » Par exemple : « L’Africain, il est obligé de compter en anglais, espagnol et français. Il ignore le bambara ou le wolof. Donc, il dit que si on doit être nous-mêmes, si on doit se retrouver, le pas à franchir, c’est d’abord des systèmes en adéquation avec notre vécu. »
Or, a-t-il déploré, « la cassure s’est opérée au moment où le colon a mis un terme à des systèmes endogènes qui étaient de vigueur » étant entendu que « toute société a un système éducatif. »

Maintenant, « la question qui se pose, ce n’est pas de se dire que ‘’notre passé est merveilleux, on va s’y confiner’’. Ce n’est pas non plus de se dire ‘’on s’envole vers ce que font les toubabs’’. Mais, « ce qu’on entend par dialectique : C’est-à-dire cette articulation en ce qu’il y a de meilleur chez nous et chez ‘’les toubab’’. C’est ça, qui va faire que l’Africain aura une identité. Et cette identité, c’est la condition sans laquelle le rêve universel reste une utopie. »

« Éviter de faire du mimétisme »
Pour Pr LY, « l’enjeu, c’est des batailles pour que l’école serve les populations, les peuples. Malheureusement, on est loin de là. Puisqu’on est loin de là, c’est ça qui fait la fraîcheur de sa (Pr Ki-Zerbo) réflexion. C’est-à-dire ce qu’il avait dit, nous en avons besoin, dans la mesure où mêmes les réformes adoptées n’ont jamais été pratiquées. » Par conséquent, « il faut continuer à voir dans quelles mesures on peut se frayer le chemin pour que les idées pertinentes puissent faire l’objet d’appropriation par les politiques », a-t-il recommandé.
L’historien burkinabé, né en 1922 à Toma, aurait eu 100 ans le 21 juin 2022. La rencontre, placée sous la présidence effective de Me Françoise Ki-Zerbo, représentante de la famille qui a fait le déplacement de Ouagadougou à Dakar, visait à célébrer le centenaire du Pr Joseph Ki-Zerbo, né le 21 juin 1922 et mort le 4 décembre 2006 à Ouagadougou.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page