ACTUALITÉSHISTOIRE

L’ÉPOPÉE DU ROI SAN-MOON FAYE Par Sobel Dione

Le djihadiste Almamy Maba Diakhou Bâ, venu du Rip qui voulait islamiser le Sine, Maad a Sinig Coumba Ndoffène Diouf Fa Maak défendit son empire. A la fin, il disposait de Tamsir Maba Diakhou Bâ lors de la bataille de Fandane- Thiouthioune. Le Royaume venait de survivre à la percée des enturbannés. Et pourtant, malgré toute cette crise, San-moon qui était le Boumi (vice-roi), était resté dans son fief à Njaafaaj. San-moon avait refusé de participé à la bataille de « Mbind Ngor » (la première incursion de Maba Diakhou au Sine), encore moins de Fandane Thioutioune. Naturellement, à la fin de la guerre, les dignitaires dénoncèrent son attitude. Non content des agissements de son bras droit, Maad a sinig Coumba Ndoffène Diouf Fa Maak demanda alors qu’on chassât San-Moon de la terre de ses ancêtres. Diakher son frère se proposa de lui parler. Le guerrier refusa. L’affront était grand, car lui, l’héritier du trône du Sine, concevait mal le fait qu’il devait quitter ses racines. C’était inimaginable ! Mais a la fin, il accepta de partir à Ngoye (Diourbel), chez son grand-père maternel grâce à son frère .

Les années passèrent et San-moon traversa cette épreuve avec dignité. Il y restera jusqu’à la mort de Coumba Ndofféne Fa Maak. La succession fut ainsi ouverte. Certains dignitaires du Sine choisirent Sémou Maak, neveu de San-moon. L’humiliation est suprême et Diakher qui avait convaincu San-moon de quitter le Sine leur fit comprendre que ce trône revenait à San-moon de droit, et qu’il allait le réclamer tôt ou tard.
Ceux qui incarnaient le Sine s’entêtèrent. Naturellement, c’est avec une colère noire que le guerrier de Ndiongolor apprit la nouvelle. Sa décision est prise, il devait arracher son dû, des mains de son neveu. San-moon fit cap sur Diakhao. Une fois sur place, il s’auto-intronisa roi avec l’aide du grand Jaraaf Mbade Dibo Sene et attaqua Sémou Maak. Ce fut, la première bataille dans la dernière capitale du Sine, mettant aux prises des héritiers du trône royal. Une fois roi, il décida de s’installer à Ndiongolor, où il fut accueilli par Birama Diouf son oncle, avant de trouver un terrain pour sa concession. En effet, un jour, San-moon demanda à des hommes de choisir entre une baignade dans le marigot mbeyaan de Ndiongolor et les travaux champêtres. Le dispatching fut rapidement fait et ceux qui choisirent la facilité du bain finirent par patauger dans une mare de sang. Ils furent rossés.
Son caractère brute, San-moon le démontra en premier contre sa sœur. En effet, lors d’une cérémonie de lutte, Maad a sinig San-moon, tout content, esquiva des pas de danse endiablés. Sa sœur, non contente de cette liberté du souverain, le sermonna. « Tu penses que tu ne mérites pas le Sine, c’est pourquoi tu danses en leur honneur », avait-elle lancé. Le roi fut vexé devant cette remarque publique. Il fit appeler sa sœur en privé et la corrigea sévèrement. Cette attitude poussera un grand nombre d’habitant du Sine à se dresser sur son chemin. Mbar Yandé Ndiaye parcourut tout le Sine pour lever des hommes et comploter contre San-moon Faye. La contestation est générale, et le souverain ne pouvait se soustraire au destin tragique qui l’attendait. Lors de sa dernière excursion et tout en faisant fi des prédictions des « Pangool » (les esprits) consultés, San-moon ira combattre Sémou Maak, son neveu qui le tuera à la bataille de Khodjil. La préparation de cette ultime guerre fut contée dans les détails. D’abord, les libations d’usage pour préparer cette sortie. Les divins furent formels et Ndiana Ndiaye le répétait avec clarté à San-moon Faye : « ce sera un jour noir pour toi ». En bon guerrier, il ne pouvait se soustraire à ce rendez-vous avec la mort. Et c’est ainsi qu’il fit comprendre à celui qui était chargé de le mettre en contact avec les « Pangool » que leur destin était lié, en lui plantant une corne sur les côtes. « Ma disparition sera la tienne », dit San-moon à Ndiana Ndiaye. Dans une ultime bataille à Khodjil, il fut encerclé par son neveu Sémou Maak et ses hommes.
Ce dernier fit savoir à ses hommes que son oncle San-moon ne pouvait être tué ni par des balles, ni par des flèches. C’est ainsi que des bâtons furent utilisés pour battre à mort le roi. Avant de rendre l’âme, il fit une recommandation à Sémou Maak :
« Fais tout pour que le Sine ne se disloque jamais sous ton magistère ».
La prémonition se réalisa car vers 17 heures, Salmoon succomba sous les coups de Sémou Maak et au matin vers 11 heures, son interlocuteur avec les génies le rejoignit à Sangomar, l’empire des ancêtres disparus.

#SobelDione

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page