SANTE

LES BLOUSES BLANCHES DU SAMES DÉNONCENT LA GESTION DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ

Le Syndicat autonome des Médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes (SAMES) n’est pas satisfait de la façon dont la lutte contre le Coronavirus est menée présentement au Sénégal. Pour les blouses blanches, l’arrivée de l’épidémie « remet sur la table la nécessité d’avoir un système de santé performant avec des agents de santé motivés ».

En dénonçant le retard et les légèretés dans le traitement de leurs revendications malgré les directives du chef de l’Etat, médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes indexent le ministère de la Santé qui « continue sa gestion solitaire des ressources humaines par des recrutements et des nominations clientélistes d’agents à la retraite et bénéficiant de contrats spéciaux, plus préoccupés à faire de la politique que de s’occuper du système de santé au moment où tous les médecins sont occupés à combattre le virus. »

« AMATEURISME DANS LA GESTION DE LA CRISE »

A titre d’illustration, le SAMES indique « la création de districts sanitaires politiques comme celui de Sangalkam et celui Diakhao à la demande de responsables politiques » et dénonce « l’amateurisme dans la gestion de cette crise et l’insuffisance des moyens de protection du personnel dans les structures de santé y compris l’hôpital Roi Baudouin où le médecin qui a reçu le deuxième cas de Covid19 n’a bénéficié d’aucun suivi lui-même. » Pour rectifier le tir, le SAMES en appelle à une « gestion rigoureuse des ressources et la mise à disposition immédiate des moyens de protection efficaces pour la sécurité des praticiens et celle de la population. »

APPEL À UN REPORT RASSEMBLEMENTS RELIGIEUX
Le Bureau exécutif national du syndicat demande ainsi à tous les médecins pharmaciens et chirurgiens-dentistes « de rester vigilants et très rigoureux dans le suivi des sujets contacts pour bouter cette maladie hors du Sénégal », avant d’exhorter le président de la République, avec l’aide de nos guides religieux, à « reporter à une période plus propice tous les rassemblements religieux, récréatifs et politiques pour ne pas risquer la dissémination du Covid 19 comme ce fut le cas avec le Choléra en 2005 dans l’intérêt supérieur de la nation. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page