JUSTICE - TRIBUNAUX - POLICE

LES DÉTAILS DU DÉCÈS DU RWANDAIS KAREMERA À LA PRISON DE SÉBIKOTANE

Nous en savons plus sur le décès de l’ancien haut responsable rwandais condamné par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) pour son implication dans le génocide des Tutsis en 1994 et qui purgeait sa peine au Sénégal.

Ce dernier, selon la chargée de communication de l’administration pénitentiaire jointe au téléphone par Emedia, est décédé il y a deux jours, soit le lundi 31 août 2020, à la prison de Sébikotane. « L’administration pénitentiaire confirme ce décès qui a eu lieu le lundi 31 aout 2020. Le constat a été fait par la brigade de Diamniadio. L’autopsie a révélé une mort naturelle », a informé Mariama Ba.

Mieux, elle renseigne que la famille de la défunte a été informée de la tristesse. Du côté des détenus, c’est le calme et la sérénité. D’autant plus qu’ils savent que ce dernier ne souffrait pas de maladie.

Ousman Njikam, porte-parole du Mécanisme de l’ONU pour les Tribunaux pénaux internationaux (MTPI), la structure chargée d’assurer les fonctions résiduelles du TPIR qui a fermé ses portes fin 2015, confirmait à nos confrères d’AFP le décès d’Edouard Karemera au Sénégal, indiquant que la cause lui était encore inconnue.

Selon un ancien ministre rwandais acquitté par le TPIR, M. Karemera, qui était « malade depuis quelques jours », est décédé mardi matin à l’âge de 69 ans. Il avait été transféré en 2017 au Sénégal et était détenu dans la prison de Sébikotane, en périphérie de Dakar.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page