ECONOMIE

Les Pdg africains ont besoin de plus d’informations selon un rapport

«L’enquête vise à fournir au secteur privé une plateforme pour identifier les questions clés liées à l’environnement commercial  et au commerce intra-africain. Les résultats de l’enquête sur le commerce auprès des Pdg africains ont été analysés lors d’un webinaire sur la politique commerciale par un panel comprenant le secrétariat de la Zlecaf, Google, l’Africa Business Council et l’International Islamic Trade Finance Corporation », lit-on dans un communiqué de presse reçu à notre rédaction.

Cynthia Gnassingbe-Essonam, conseillère principale au bureau du secrétaire général de la Zlecaf, a remercié le Paftrac et ses partenaires en soulignant l’importance du rapport de l’enquête sur le commerce auprès des Pdg africains, affirmant qu’ils constituent « un plan directeur pour la mise en œuvre de la Zlecaf, car ils fournissent des informations réelles sur le terrain sur les  contraintes auxquelles le secteur privé est confronté pour tirer pleinement parti de la Zlecaf.

«Les résultats de notre enquête sont clairs. Tout d’abord, il y a un énorme soutien pour la Zlecaf  et les avantages potentiels qu’elle pourrait apporter. Les chefs d’entreprise sont généralement optimistes Ils pensent que la zone de libre-échange profitera à la fois à leurs propres entreprises et aux économies africaines plus généralement », a déclaré Patrick Utomi, président de Paftrac.

Pren-Tsilya Boa-Guehe, directeur des affaires gouvernementales pour l’Afrique de Google, et l’un des représentants du secteur privé au sein du panel, s’est fait l’écho de l’optimisme exprimé lors de l’enquête, notamment en ce qui concerne le potentiel de la Zlecaf.  Selon le document, l’une des principales contraintes à l’exportation soulignée par les chefs d’entreprises est le manque d’informations facilement accessibles sur les marchés potentiels, les opportunités  et les partenaires commerciaux. «Plus de 50% des répondants ont des difficultés à accéder à des informations utiles sur la Zlecaf », a expliqué le Prof Utomi. Selon lui, ce pourcentage augmente lorsque nous examinons spécifiquement les Pme, les moteurs les plus importants du commerce.

L’augmentation du commerce intra-africain a le potentiel de transformer les économies africaines en soutenant l’industrie manufacturière et en réduisant la dépendance à l’égard des importations.

«Cette année, plus de 800 dirigeants de 46 pays d’Afrique ont répondu à l’enquête sur le commerce. L’enquête a fourni un aperçu unique des défis et des opportunités qui existent dans le commerce en Afrique et sert de principal baromètre des sentiments du secteur privé sur le commerce africain et la Zlecaf », ajoute la même source.
Adou FAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page