A LA UNECONTRIBUTION

Les rebelles avaient confisqué les biens des soldats

Les rebelles avaient confisqué les biens des soldats

C’est dans un endroit neutre, en milieu rural, près de la frontière avec le Sénégal qu’a eu lieu la remise des soldats sénégalais de l’Ecomig. Salif Sadio, chef rebelle, était absent.

Mais un petit moment de tension s’est produit lorsque les rebelles ont, un temps, décidé de retenir des objets appartenant aux militaires. Leurs montres, leurs casques et leurs gilets pare-balles, notamment. Un responsable de la communauté Sant’Egidio, communauté a fait office de médiateur pour favoriser cette libération. Cette délégation a remercié Salif Sadio pour ce « geste humanitaire ».

Qui a payé la rançon?

On ne connaît évidemment pas aujourd’hui le secret des négociations qui ont abouti à la libération des militaires sénégalais retenus par des éléments du Mfdc de la branche de Salif Sadio. Rien n’a filtré sur la nature des discussions, ni même sur les conditions de la libération des prisonniers.

On sait qu’elles furent longues et difficiles, pleines de rebondissements, pendant les deux semaines de captivité des sept soldats sénégalais enlevés le 24 janvier 2022 lors d’un affrontement à Biwam, dans le Sud de la Gambie.

Les soldats effectuaient une opération de ratissage dans les forêts pour lutter contre le trafic de bois.

On sait aussi que ce sont les autorités de la Croix-Rouge qui ont dénoué le dur martyre des captifs de la Gambie. Quelle est la rançon de l’Etat, si l’on sait qu’aucune libération ne s’obtient sans monnaie d’échange ?

Lorsqu’il y a des otages qui sont enlevés, bien souvent cela peut déboucher sur la fourniture d’une rançon. On libère l’otage contre une rançon.

Dès qu’il y a négociation, il y a contrepartie ou rançon mais chaque Etat qui cherche à libérer ses ressortissants à sa propre façon de faire.

Salif Sadio, chef du MFDC, avait effectué une sortie pour exprimer son souhait de libérer les sept soldats sénégalais qu’il détient en otage, mais posait ses conditions qu’il n’a pas dévoilées publiquement. «Si les conditions se remplissent, immédiatement, on les libère», disait-il sans préciser la nature de ses conditions.

Notons que Dakar a jusque-là fait preuve de discrétion sur le sujet.  Le chef de l’Etat, Macky Sall ne s’est jamais exprimé publiquement sur ce sujet.

Le Sénégal a-t-il  payé une rançon contre la libération des otages sénégalais?  Y a-t-il eu des compensations financières, en argent ou sous la forme de différents matériels ? Mystère et boule de gomme !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page