INTERNATIONAL

Les recherches se poursuivent pour retrouver un sous-marin indonésien avec 53 hommes à bord

Six navires de la marine, un hélicoptère et 400 militaires participent aux recherches, mais le lieu exact où se trouve le submersible n’a pas encore été identifié.

Des navires de la marine indonésienne menaient d’intenses recherches, jeudi 22 avril, pour localiser un sous-marin disparu au large de Bali avec 53 hommes à bord, qui, s’ils sont encore en vie, pourraient voir leurs réserves d’oxygène s’épuiser en trois jours.

Le sous-marin de la marine indonésienne, le KRI Nanggala 402, construit il y a une quarantaine d’années, a demandé l’autorisation de plonger tôt mercredi matin – vers 3 heures, heure locale (22 heures, heure de Paris mardi) –, pour participer à des exercices, dont le lancement de torpilles. « Après transmission de l’autorisation, le sous-marin a perdu le contact et n’a pas pu être joint », a précisé le ministère de la défense.


« Les réserves d’oxygène du sous-marin pendant une panne d’électricité sont de soixante-douze heures », a précisé le chef d’état-major de la marine indonésienne Yudo Margono à des journalistes. Ces réserves pourraient ainsi être épuisées « samedi vers 3 heures » (22 heures, à Paris vendredi). « Espérons qu’on les retrouvera avant », a-t-il déclaré.

Les recherches se concentrent autour d’une nappe d’hydrocarbures repérée au nord de l’île de Bali où le submersible a plongé, a dit Julius Widjojono le porte-parole de la marine à l’Agence France-Presse (AFP). Six navires de la marine, un hélicoptère et 400 militaires participent aux recherches, mais l’emplacement exact du sous-marin n’a pas encore été identifié.

Profondeur alarmante
Le président indonésien Joko Widodo a demandé à la marine et aux secours de « déployer tous les moyens disponibles et de faire tous les efforts possibles pour l’opération de sauvetage ».

L’Indonésie ne dispose pas de ses propres capacités de sauvetage de sous-marin. Plusieurs pays ont offert leur aide, dont les Etats-Unis, l’Australie, la France et l’Allemagne. La Malaisie et Singapour, pays voisins, ainsi que l’Inde ont envoyé des bateaux de secours.

La marine a suggéré jeudi qu’un accident était survenu lors des exercices militaires. « Il est possible (…) qu’une panne d’électricité se soit produite lors de laquelle le submersible a été hors de contrôle et a empêché de lancer des mesures d’urgence, le faisant plonger à 600 ou 700 mètres », a déclaré un porte-parole de la marine.

Des analystes militaires ont prévenu que le sous-marin pouvait s’être brisé s’il avait coulé à quelque 700 mètres, une profondeur à laquelle il ne peut pas supporter la pression. Le ministre de la défense australien, Peter Dutton, a souligné que les informations disponibles laissaient craindre « une terrible tragédie ».

Frank Owen, un responsable de l’Institut des sous-marins d’Australie, s’est montré pessimiste vis-à-vis des chances de sauvetage. « Si le sous-marin est au fond de la mer, et s’il y a une telle profondeur, il y a peu de moyens pour en sortir l’équipage, a-t-il expliqué. La seule façon de les sortir serait de récupérer le sous-marin, ce qui serait un processus long. »

La marine indonésienne, qui cherchait ces dernières années à moderniser ses capacités sous-marines, dispose d’une flotte de cinq submersibles, de construction allemande et sud-coréenne. Le KRI Nanggala 402, est un sous-marin d’attaque à moteurs diesel et électrique de quelque 1 300 tonnes et d’une soixantaine de mètres de longueur. Livré en octobre 1981 à l’Indonésie, le submersible a été modernisé à deux reprises.

Le Monde avec AFP

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page