AFRIQUE

Libération de trois militaires ivoiriens détenus au Mali: un « bon signe », selon Abidjan

La libération samedi de trois militaires ivoiriens sur les 49 détenus au Mali depuis début juillet est « un bon signe » a estimé mardi le porte-parole du gouvernement ivoirien Amadou Coulibaly assurant que les négociations se poursuivent.

« Je pense que la libération de ces trois premiers militaires est un bon signe, un signe que les choses vont dans le bon sens », a estimé M. Coulibaly lors du compte-rendu du conseil des ministres.

Début juillet, 49 soldats ivoiriens avaient été arrêtés au Mali puis inculpés mi-août pour « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat » et formellement écroués. Abidjan assure que ces soldats étaient en mission pour l’ONU et exige leur libération.

Trois femmes soldats sur les 49 ont été libérées samedi, « un geste humanitaire » du Mali.

Plusieurs médiations sont en cours pour obtenir la libération des 46 soldats toujours prisonniers, dont celle du président togolais Faure Gnassingbé et de leaders religieux maliens.

« Nous restons optimistes. Nous sommes inscrits dans cette voie du dialogue, la voie diplomatique et nous ne doutons pas un seul instant que nos militaires rejoindront leurs familles », a affirmé M. Coulibaly mardi.

Dans ce dossier, l’ONU avait reconnu des « dysfonctionnements » dans une note adressée au gouvernement malien et admis que « certaines mesures n’ont pas été suivies ».

Cette affaire illustre les tensions entre le Mali et la Côte d’Ivoire.

Bamako accuse Abidjan d’avoir incité ses partenaires ouest-africains à durcir les sanctions contre les militaires maliens auteurs de deux coups d’Etat depuis.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page