COIN DES COUPLES

L’impuissance sexuelle féminine : comment l’identifier et quels sont les traitements ?

On estime que quatre femmes sur dix sont touchées par l’absence ou les difficultés liées au désir sexuel, à l’orgasme ou à la douleur – de façon sporadique ou permanente.

Identifier et comprendre la dysfonction sexuelle féminine (communément appelée impuissance) peut sembler simple à première vue.

Après tout, il pourrait être suffisant pour une femme de se demander, par exemple, si elle est satisfaite du nombre de fois où elle désire ou ressent du plaisir ou de la douleur dans l’acte sexuel avec elle-même ou avec quelqu’un d’autre.

Mais tout se complique si la réponse est non, et elle se demande : pourquoi pas ?

Selon une estimation commune aux experts, quatre femmes adultes sur dix sont touchées par une absence ou une difficulté de désir sexuel, d’orgasme ou de douleur, de façon sporadique ou permanente.

Mais beaucoup d’entre elles ne savent même pas qu’elles sont atteintes de cette maladie, ni quelles en sont les causes et les traitements possibles.

Ni qu’il existe un enchevêtrement de domaines concernés par la fonction et les dysfonctionnements sexuels féminins, tels que la gynécologie, la psychiatrie, la sexologie, la psychologie, la philosophie, la sociologie, la physiothérapie, l’éducation sexuelle, la culture et l’anthropologie.

Lorsqu’un ou plusieurs facteurs liés à ces zones affectent la réponse sexuelle, ce processus peut déclencher le dysfonctionnement.

Deux mécanismes fondamentaux sont à l’origine de la fonction sexuelle.

« L’aspect procréation et l’aspect plaisir, qui sont interconnectés », résume à BBC News Brasil la gynécologue Lúcia Alves Lara, présidente de la Commission nationale spécialisée en sexologie de la Fédération brésilienne des associations de gynécologie et d’obstétrique (Febrasgo).

Et au cours de l’histoire, de nombreux chercheurs ont tenté de comprendre et d’expliquer comment l’aspect agréable de la fonction se traduit par une réponse sexuelle dans le corps féminin.

Parmi les noms qui ressortent, citons le gynécologue William Master et la psychologue Virginia Johnson, qui ont étudié dans les années 1960 les réponses physiologiques et anatomiques de la sexualité féminine et masculine et ont ensuite réfléchi aux traitements psychothérapeutiques des dysfonctionnements sexuels.

Des années plus tard, la chercheuse Helen Singer Kaplan a ajouté à la formulation de Masters et Johnson l’importance du désir dans la réponse sexuelle, un élément presque ignoré jusqu’alors.

Mais ce n’est qu’en 2001 qu’une nouvelle conception de la réponse sexuelle, plus spécifiquement féminine, a été créée par la psychiatre canadienne Rosemary Basson. Maintenant, il y avait aussi la phase d’intimité.

En d’autres termes, si auparavant elle avait un début, un milieu et une fin, comme la réponse sexuelle masculine, dans le modèle de Basson elle devient circulaire, c’est-à-dire que « la femme, même sans avoir de désir sexuel, en présence de son partenaire, en recevant un stimulus érotique, commence à s’exciter, à avoir du désir, et peut alors entrer dans le partage sexuel de la relation sexuelle avec son partenaire, atteignant une excitation maximale, et peut avoir ou non un orgasme », explique Lara, de Febrasgo. Il ne s’agit donc pas seulement d’une stimulation visuelle ou sexuelle.

Le cycle de la réponse sexuelle féminine comprend, selon le consensus scientifique actuel, l’intimité émotionnelle, la neutralité sexuelle, l’excitation sexuelle, le désir sexuel spontané, le désir réactif et l’excitation sexuelle et la satisfaction émotionnelle et physique.

Tout ceci lié il y a fondamentalement trois phases, qui peuvent se produire en même temps : le désir, l’excitation et l’orgasme.

Et le dysfonctionnement, où apparaît-il dans ces cycles et ces phases ? Il n’existe pas vraiment de règle universelle pour mesurer ce qui n’est pas correct, quand et dans quelle mesure.

Ainsi, cette affection commence à être identifiée par la femme elle-même lorsqu’une altération devient souffrance ou difficulté.

En général, 52 % des plaintes sexuelles des patients sont liées à des facteurs d’origine psychologique, et 48 %, d’ordre biologique, explique Lara.

Comment identifier un dysfonctionnement sexuel féminin?

La baisse du désir sexuel est généralement le dysfonctionnement sexuel féminin le plus répandu. Il peut sembler facile de savoir que quelque chose dans sa vie sexuelle est « mauvais », mais ce n’est pas si facile lorsqu’il s’agit de comprendre ce qui est « mauvais » et pourquoi ?

Le moment, la fréquence et le niveau de détresse ou de difficulté sont également des signes importants dans le diagnostic de la dysfonction sexuelle féminine. Depuis combien de temps et à quelle fréquence cela se produit-il ? Il convient de rappeler que chaque femme identifie ses propres signes, et que ce qui entraîne une souffrance pour une femme n’entraînera pas nécessairement une souffrance pour toutes.

Certains traitements peuvent même agir sur les symptômes, mais l’élément central de ces approches est d’identifier les causes et de définir ensuite la manière dont le dysfonctionnement sera traité, dans le cadre d’un processus qui implique divers professionnels, tels que des médecins, des psychologues et des physiothérapeutes. LIRE PLUS SUR bbc.com

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page