ECONOMIE

L’industrie des assurances sort lentement la tête de l’eau en 2021

Classement des compagnies d’Assurances en IARD en 2021
AXA, LEADER INCONTESTE DU SECTEUR DEPUIS PLUSIEURS ANNEES
 
Depuis de nombreuses années, la compagnie AXA Assurances Sénégal domine incontestablement le secteur de l’IARD. L’année 2021 ne fait pas exception à la règle. Cette société réalise ainsi un chiffre d’affaires de 21,173 milliards de FCFA en progression de 5,94%.
 
Sur les trois dernières années, le chiffre d’affaires d’AXA connait une évolution constante. De 17,470 milliards de FCFA en 2019, ce chiffre d’affaires s’est établi à 21,173 milliards de FCFA 2021, en passant à 19,986 milliards de FCFA en 2020.
 
AMSA IARD conserve sa deuxième place avec une production de 14,856 milliards de FCFA, en progression de 6,27%.
 
Prévoyance Assurance progresse d’une place passant de la quatrième place en 2020 à la troisième place en détrônant du coup la compagnie Allianz avec un chiffre d’affaires de 14,139 milliards de FCFA (+8,21%).  De même Saham devenue Sanlam qui occupait le milieu du tableau en 2020 avec 10,065 milliards de FCFA, occupe désormais la quatrième place avec un chiffre d’affaires de 13,343 milliards de FCFA (+28,67%). La cinquième place revient à la société Allianz qui se retrouve avec un chiffre d’affaires de 13,329 milliards de FCFA (+0,03%).
 
Avec 76,827 milliards de FCFA de chiffre d’affaires cumulé, ces cinq compagnies contrôlent 52,72% du marché de l’IARD au Sénégal.
 
Au milieu du tableau, deux sociétés d’assurances se disputent le marché avec moins de 13 milliards de FCFA de chiffres d’affaires. NSIA Assurances Sénégal est en tête avec 12,334 milliards de FCFA de chiffre d’affaires, soit une progression de 19,79%. Elle est suivie par Askia Assurances avec 11,063 milliards de FCFA (+8,98%).
 
Les autres compagnies d’assurances, soit 12 sur les 19 que compte la branche IARD se partagent le reste du marché avec moins de 9 milliards de FCFA de chiffre d’affaires chacune. SUNU IARD vient en tête avec 7,686 milliards FCFA de chiffre d’affaires (+8,18%), suivie de la Sonam GA (6,342 milliards ; +14%) et Salama Assurances Sénégal (5,989 milliards FCFA ; +27,59%), CNART Assurances (4,750 milliards ; -17,61%), Assurance la providence (4,103 milliards ; +9,10%) et Assurances la sécurité sénégalaise (4,035 milliards ; +1,44%) se talonnent.
 
En queue de peloton on retrouve six compagnies d’assurances dont le chiffre d’affaires est inférieur à 3,100 milliards de FCFA. WAFA occupe le devant en réalisant 3,096 milliards de chiffre d’affaires (+25,07%). Cette compagnie est suivie par la SONAC (2,974 milliards ; +36,58%), la SAAR (2,502 milliards ; -5,97%), CNAAS (2,108 milliards ; +6,13%), Sonam Mutuelle (1,758 milliards ; +10,31%) et MAAS (133 millions ; +39,67%).
 
Globalement, sur les 19 compagnies de la branche IARD, 17 ont eu une évolution positive de leur chiffre d’affaires là où seules 02 compagnies ont connu une progression négative.
 
La plus forte progression est réalisée par la MASS avec 39,67% et la plus forte baisse est le fait de la compagnie CNART Assurances avec -17,61%.
 
Assurance Vie : AMSA VIE consolide son leadership
 
Patronne incontestée du marché de l’assurance vie depuis 2019, la compagnie AMSA VIE a consolidé son leadership en 2021 avec 18,683 milliards FCFA de chiffre d’affaires contre 16,563 milliards FCFA en 2020, soit une progression de 12,78%. Il faut noter que depuis 2019 avec un chiffre d’affaires de 14,897 milliards de FCFA, la société AMSA Vie est sur une trajectoire ascendante en l’espace de trois exercices.
 
L’écart qui sépare la réalisation de AMSA Vie de celle de son suivant immédiat qu’est Wafa Vie est de 5,18 milliards FCFA. En effet Wafa Vie a réalisé au terme de la période sous revue un chiffre d’affaires de 13,503 milliards FCFA contre 10,250 milliards FCFA en 2020, soit un taux de croissance de 31,73%. Wafa Vie passe de la troisième place au deuxième rang.
 
La troisième place est désormais occupée par la Sonam-Vie SA rétrogradée d’un rang par rapport à sa position de 2020. Le chiffre d’affaires de cette compagnie se situe à 11,650 milliards de FCFA contre 13,185 milliards de FCFA en 2020 (-11,64%).
 
Le trio de tête de la branche VIE contrôle 55,97% du marché au Sénégal avec 43,836 milliards de FCFA de chiffre d’affaires contre 38,969 milliards de FCFA en 2020.
 
Prise isolément, chacune de ces trois compagnies devance très largement les autres compagnies dont le chiffre d’affaire est inférieur à 9 milliards de FCFA. La compagnie SUNU VIE est la mieux positionnée, réalisant un chiffre d’affaires de 8,834 milliards de FCFA contre 9,115 milliards de FCFA précédemment, soit une baisse de 3,73%.
NSIA Vie la suit de loin avec un chiffre d’affaires qui s’établit à 7,823 milliards de FCFA contre 6,427 milliards de FCFA en 2020 (+21,72%).
 
La sixième place revient à Allianz Vie qui totalise un chiffre d’affaires de 6,944 milliards de FCFA contre 7,436 milliards de FCFA en 2020 (+7,90%). Allianz devance son suivant immédiat qu’est Sonam Vie Mutuelle de 1,382 milliard.  En effet, cette dernière compagnie a réalisé en 2021 un chiffre d’affaires de 5,562 milliards de FCFA contre 6,046 milliards de FCFA en 2020 (-8,01%).
 
Les trois autres compagnies restantes ont un chiffre d’affaires   en-dessous de 3 milliards de FCFA.
La société SEN Vie est la plus proche de ce niveau avec un chiffre d’affaires de 2,889 milliards de FCFA (+25,53%). Elle est suivie par la compagnie SAAR Vie dont le chiffre d’affaire se situe à 1,413 milliard (-6,86%) et Saham Vie qui présente un chiffre d’affaires de 1,010 milliard (+15,07%).
 
Au total, sur les 10 compagnies d’assurances vie au Sénégal, les six ont réalisé une croissance positive de leur chiffre d’affaires et les quatre autres une croissance négative. 
La plus forte progression est réalisée par WAFA Vie avec 31,73%. La plus forte régression est réalisée par la Sonam Vie SA avec -11,64%.
 
Des charges de sinistres importantes
 
En assurance, le sinistre est la réalisation du risque, objet du contrat, de l’arrivée à échéance du contrat ou du rachat de contrat, qui serait de nature à entraîner les garanties de l’assureur. Les charges de sinistres ou prestations payées correspondent à l’indemnisation prévue au contrat dans le cas de la réalisation du risque. En 2020, les charges de sinistres en assurance non vie des compagnies sénégalaises s’élèvent à 68,372 milliards de FCFA contre 60,316 milliards en 2019, soit une progression de 13,4%. Par rapport à l’exercice 2018(46,100 milliards), elles connaissent une hausse de 48,31%. Les charges de sinistres représentent 52,7% des primes acquises en 2020 contre 48,3% en 2019 et 41,8% en 2018.
 
En 2020, le Sénégal occupe le deuxième rang en termes d’importance de charges de sinistres derrière la Côte d’Ivoire (117,007 milliards), mais devant le Cameroun (65,702 milliards). 
 
Selon le Secrétariat Général de la CIMA, la charge de sinistres dans cette zone est estimée à 378,51 milliards de FCFA en assurances non vie contre 367,24 milliards de FCFA en 2019, soit une hausse de 3,1%.
Pour ce qui concerne les assurances vie et capitalisation, les charges de sinistres des compagnies sénégalaises se sont élevées à 60,232 milliards de FCFA contre 54,011 milliards de FCFA en 2019, soit une progression de 11,5%. Par rapport à l’exercice 2018 (47,137 milliards), ces charges enregistrent une progression de 27,78%.
 
Au terme de l’exercice 2020, les charges de sinistres représentent 82,7% des primes acquises contre 77,3% en 2019 et 76,3% en 2018.
 
En 2020, le Sénégal occupe le deuxième rang en termes d’importance de charges de sinistres en assurances vie et capitalisation derrière la Côte d’Ivoire (151,619 milliards), mais devant les 12 autres pays de la CIMA. 
 
Dans cette zone, les charges de prestations en assurances vie et capitalisation sont estimées à 380,62 milliards de FCFA contre 348,16 milliards de FCFA en 2019, soit une progression de 9,3%. Pour rappel, le problème pour l’appréciation sur les sinistres, c’est qu’en Non Vie, le chiffre concerne les sinistres effectivement payés (nom compris les Provisions pour sinistres à payer, PSAP), alors qu’en Assurance Vie, cette appréciation porte sur les prestations et les provisions de sinistre. Ainsi, si on prend juste en compte les prestations échues (sinistres payés en Vie), le montant à retenir est de 30,119 milliards de FCFA.
Quid du délai moyen de paiement des sinistres ? Il est estimé en assurances non vie par la CIMA à 1,52 an en 2020 contre 1,60 an en 2019. Cependant, souligne le Secrétariat Général de la CIMA, les assureurs non vie mettent plus de temps à liquider les sinistres relatifs à la responsabilité civile générale (en moyenne 7,2 ans en 2020 contre 6,5 ans en 2019).
 
 
Placements des sociétés d’assurances : Un pactole de 1104 milliards de FCFA entre 2018 et 2020
C’est une importante manne financière de 1 104 milliards de FCFA, soit environ le cinquième du budget du pays que les sociétés d’assurances Sénégalaises ont placé entre 2018 et 2020. Ce montant, qui englobe à la fois les assurances non vie et les assurances vie et capitalisation, a été investi dans divers secteurs de l’économie nationale.
Du fait de leur rôle de collecteurs d’épargne dont les engagements et actifs sont régis par le Code CIMA, les sociétés d’assurances sont dénommées investisseurs institutionnels. A ce titre, leurs investissements ont trait à l’immobilier, les valeurs mobilières (à travers les actions et obligations des entreprises, de l’Etat, des organismes internationaux, des sociétés d’investissement), les dépôts à terme (DAT) dans les banques, les prêts garantis et hypothécaires.  Par ce biais, les compagnies d’assurances sénégalaises participent activement au financement de l’économie.

Selon les données issues du rapport annuel 2020 de la CIMA, les placements des compagnies sénégalaises en assurance non-vie s’élèvent pour cette période à 162,268 milliards de FCFA contre 150,375 milliards de FCFA en 2019, soit une évolution de 7,90%. Entre 2019 et 2018 où ils se situaient à 136,054 milliards de FCFA, les placements des compagnies ont enregistré une hausse de 10,52%.

Au total, entre 2020 et 2018, ces placements connaissent une évolution de 19,26%.

De 2018 à 2020, le Sénégal occupe le troisième rang en termes de placements des compagnies d’assurances non vie de la CIMA derrière la Côte d’Ivoire et le Cameroun.
Les placements de la Côte d’Ivoire s’élèvent en effet respectivement pour cette période à 181,037 milliards, 207,212 milliards et 215,584 milliards. Quant au Cameroun, les placements de ses compagnies se situent respectivement durant la même période à 151,175 milliards, 166,804 milliards et 182,092 milliards.
 
Quid des produits financiers issus de ces placements ? Ces produits financiers sont les revenus générés par les placements en actifs admis en couverture des engagements réglementés (en actifs immobiliers, valeurs mobilières, dépôts à terme ou prêts). Leur montant a régulièrement évolué durant les trois dernières années. De 7,919 milliards de FCFA (+7,6%) en 2018, ils passent à 8,330 milliards de FCFA (+5,2%) en 2019 puis à 8,840 milliards (+6,1%) en 2020.
 
En termes d’évolution des produits financiers issus des placements, le Sénégal occupe le sixième rang en 2020 dans la zone CIMA derrière le Togo (+79,4%), le Niger (+33,7%), le Tchad (+32,6%), la Guinée Equatoriale (+27,0%) et la Centrafrique (+10,0%).
 
Mais les sociétés sénégalaises en assurance non vie font mieux que leurs pairs des autres pays de la CIMA tels que le Mali (+1,1%), le Gabon (-28,0%), le Congo (-25,0%), le Cameroun (-23,3%), le Bénin (-14,9%), la Côte d’Ivoire (-7,6%) et le Burkina (-3,2%).
Concernant les assurances vie et capitalisation, les placements des compagnies sénégalaises se situent à 253,242 milliards de FCFA en 2020 contre 220,938 milliards de FCFA en 2019, soit un accroissement de 14,62%. Par rapport à 2018 (181,011 milliards), ces placements connaissent une évolution de 39,90%.
 
Comme dans les assurances non vie, de 2018 à 2020, le Sénégal occupe le troisième rang en termes de placements des compagnies d’assurance vie de la CIMA derrière la Côte d’Ivoire et le Cameroun.
Les placements de la Côte d’Ivoire se situent respectivement durant cette période à 598,670 milliards, 655,769 milliards et 736,273 milliards. Pour le Cameroun, les placements de ses compagnies s’établissent respectivement durant la même période à 237,359 milliards, 267,228 milliards et 279,823 milliards.
Les produits financiers issus de ces placements enregistrent des évolutions positives constantes de 2018 à 2020.
Ils s’élèvent à 5,740 milliards de FCFA (+44,7%) en 2018 contre 6,8440 milliards de FCFA (+19,2%) en 2019 et 8,658 milliards (+26,5%) en 2020.
 
En termes d’évolution de ces produits financiers issus des placements, le Sénégal occupe le quatrième rang en 2020 dans l’espace CIMA derrière le Mali (+96,8%), le Niger (+42,0%) et le Bénin (+27,3%).
 
Quand est-il du rendement des placements des sociétés d’assurances sénégalaises ?
A l’image des pays de la CIMA, il est très faible. Selon le Secrétariat Général de cette structure, le taux moyen de rendement des placements dans les marchés CIMA est de 3,5% en assurances non vie en 2020 contre 3,9% en 2019. Dans la branche vie et capitalisation, ce taux est de 2,9% en 2020 contre 2,8% en 2019.
Compte tenu du fait que les rendements tirés de leurs investissements doivent leur permettre de couvrir à moyen ou long terme leurs engagements et aussi du caractère faible de ces rendements, n’est-il pas opportun d’autoriser les compagnies d’assurances à délocaliser une partie de leur placement ? Cette idée n’est pas nouvelle. Elle date de 2009 avec les Etats Généraux Vie de la Fédération des sociétés d’assurance de droit national africain (FANAF). En effet, parmi les résolutions de ces Etats Généraux, il a été enregistré une forte demande concernant la diversification des placements et l’accroissement de leur rentabilité via une possible délocalisation partielle desdits placements.
Compte tenu d’un rendement faible des placements, longtemps dû à une surliquidité des marchés, et à une panoplie de produits limitée, le débat s’est orienté vers l’investissement par les compagnies d’assurances d’une partie de leurs provisions techniques hors zone CIMA.
En l’état actuel de la réglementation, les investissements en dehors de la zone CIMA ne sont pas autorisés et toute ouverture de compte à l’étranger doit faire l’objet d’un accord de la structure de contrôle régionale des marchés financiers.
Pour pallier ce phénomène, la FANAF avait proposé la possibilité d’acquérir des actifs étrangers à travers des OPCVM (Organismes de placements collectifs en valeurs mobilières), dûment agréés par l’autorité des marchés financiers, offrant la sécurité, la liquidité, la diversité ainsi qu’une meilleure rentabilité.
 
Marge de solvabilité : Le Sénégal en tête de la zone CIMA
Au cours des trois dernières années, les compagnies d’assurances sénégalaises ont dégagé des surplus de marges excédentaires qui se situent à 56,976 milliards de FCFA en 2018 (soit un taux de couverture de 457,6%), 76,826 milliards de FCFA en 2019 (soit un taux de couverture de 553,3%) et 77,089 milliards de FCFA en 2020 (soit un taux de couverture de 624,0%).
Pour l’exercice 2020, le Sénégal est en tête des 14 pays de la zone CIMA en termes de marge de solvabilité. Il devance les deux premiers marchés de la CIMA que sont la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Le premier pays dégage des surplus de marge excédentaires de 76,480 milliards de FCFA et le second 69,222 milliards de FCFA. Il faut noter que pour les exercices 2018 et 2019, le Sénégal était derrière la Côte d’Ivoire (qui avait des surplus de marges excédentaires respectifs de 64,130 milliards et 81,230 milliards), mais devant le Cameroun (qui totalisait des surplus de marges excédentaires respectifs de 48,389 milliards et 58,920 milliards).
Globalement, en 2020 la marge de solvabilité de la branche non vie de la zone CIMA est excédentaire de 344,64 milliards de FCFA contre un excédent de 302,31 milliards de FCFA en 2019, soit un taux de couverture de marge de 364,7% contre 326,7% en 2019.
Concernant la branche Vie, le Sénégal dégage des excédents de marges en dents de scie de 2018 à 2020, se situant respectivement à 20,126 milliards de FCFA, 29,304 milliards de FCFA et 27,331 milliards de FCFA. Pour les années 2020 et 2018, les sociétés d’assurances vie et capitalisation sénégalaises sont leaders au niveau de la zone CIMA.
 En 2020, le podium est complété par les marchés du Burkina Faso (23,926 milliards de surplus de marge) et de la Côte d’Ivoire (22,942 milliards). En 2018 aussi, le podium est complété par les mêmes pays qui réalisent des surplus de marge respectifs de 17,586 milliards et 17,535 milliards. Mais pour 2019, les compagnies sénégalaises sont derrière leurs consœurs ivoiriennes (32,405 milliards) et devant le Burkina (25,170 milliards).
 Au total, selon les données établies par le Secrétariat Général de la CIMA, les sociétés d’assurances vie et capitalisation de cette zone dégagent un excédent de marge de 135,69 milliards de FCFA en 2020 contre 130,85 milliards de FCFA en 2019, soit un taux de couverture de 279,4% contre 298,9% en 2019.
Lejecos Magazine
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page