ACTUALITÉSPOLITIQUE

MADIANGANE FALL DE LA COALITION KARIM 2024 À FATICK Une crise institutionnelle sans précédent guette le Sénégal.

A travers un point de presse de la section départementale de la coalition Karim 2024 , Mandiangane Fall leader du parti « Nous citoyens linu bole » a affirmé « qu’une crise institutionnelle sans précédent guette le Sénégal » après l’invalidation de la candidature de Karim Wade . Selon lui « Juste parce que quelques individus veulent profiter de leur position de pouvoir pour confisquer la volonté populaire »  . Ainsi, à ce stade du processus électoral, ils demandent le report des élections présidentielles 

Réunis dans un luxueux restaurant de la ville de Fatick, les responsables libéraux du sine sont très remontés contre les sept sages du conseil constitutionnel. D’emblée Mandiangane Fall et ses camarades diront « Nous avons appris qu’il faut être loyal, même dans l’adversité, mais chez notre concurrent, ennemi de la République, de l’Etat de droit et de la démocratie, la loyauté est un vain mot.

« Par une décision inique, le Conseil Constitutionnel a porté l’estocade à un processus électoral moribond, biaisé depuis le début et contesté de toute part. Encore une fois il n’a pas répondu au rendez-vous de l’histoire ».

Ils ont du mal à avaler la non sélection de leur mentor politique pour briguer la magistrature suprême d’autant plus d’après Mandiangane Fall « Karim Wade a renoncé à sa nationalité par une déclaration respectant toutes les conditions de forme et de fond. La dimension symbolique de cet acte de haute portée est à apprécier à sa juste valeur. Il a choisi le Sénégal alors qu’il n’a pas choisi ses parents ».

A ce sujet la famille libérale du département de Fatick interroge les sages du conseil constitutionnel. Était-il obligé de produire les documents au moment du dépôt ? 

Poursuivant son argumentaire, Mandiangane Fall ajoute « En procédant ainsi, Il a ignoré son rôle de régulateur de la scène politique ainsi que la dimension politique du Droit constitutionnel. Deux éléments essentiels qui auraient dû conduire cette instance à élargir son horizon d’appréciation au-delà des textes du Code civil et du code de la nationalité française, pour se projeter sur le terrain des droits fondamentaux dont la protection est sa raison d’être principale ».

Et Mandiangane Fall de dire : « Il a fait ce qu’il fallait. On ne peut lui imputer les carences de l’administration française au risque de le priver de ses droits. Nous devons protéger les droits des citoyens sénégalais ».

Toujours dans leur grande colère contre les sept sages, il constate que « Seulement on ne peut pas en attendre autant d’un Conseil constitutionnel composé de magistrats de carrière judiciaire. La matière constitutionnelle étant différente de la matière civile ou pénale : les enjeux sont autres.  Ainsi je suis conforté dans ma position sur la nécessité de réformer la justice constitutionnelle de notre pays ».

Les libéraux du département de Fatick redessinent le profil du nouveau conseil constitutionnel « Il doit être composé de personnalités ayant exercé de hautes fonctions politiques (Président de la République, Premier ministre, Ministre de la Justice etc.) assistées de juristes de haut niveau spécialistes du droit constitutionnel ».

Face à cette décision du Conseil constitutionnel , Mandiangane Fall et ses amis se réjouissent de la mise en place de la commission d’enquête parlementaire « Heureusement qu’en réponse à tous ses biais, ces imperfections, aux soupçons de partialités fondés, le groupe parlementaire liberté démocratie et changement, dans la pure tradition parlementaire et démocratique a initié une proposition de constitution d’une Commission d’enquête parlementaire sur le processus électoral ».

Si on sait qu’une commission d’enquête parlementaire ne sanctionne pas, ne poursuit pas, les libéraux du Sine s’interrogent. « Alors pourquoi ce levé de bouclier? Pourquoi ces indignations théâtrales ? C’est parce qu’il ya un os. Si vous n’avez rien à vous reprocher, laissez travailler cette Commission d’enquête parlementaire. Une belle opportunité pour notre nation de séparer le vrai du faux, de déceler les imperfections de notre système électoral ».

Pour terminer, La coalition Karim 2024 de Fatick demande le report des élections, au cas où les incriminations soulevées sont confirmées par l’enquête parlementaire ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page