Afrique

Manifestation contre la France : « Aujourd’hui, c’est aujourd’hui. Si la France ne bouge pas, on ne bouge pas ! », martèle un manifestant

De nombreux manifestants sont une fois de plus descendus dans les rues de Ouagadougou ce vendredi 18 novembre 2022 pour réclamer pour la énième fois le départ de la France. Les évènements se produisent en plein centre-ville de la capitale, plus précisément en face de l’ambassade de France.

C’est à coup de sifflets, de vuvuzelas et de slogans du genre « A bas la France », que de jeunes manifestants ont pris d’assaut la devanture de l’ambassade de France, réclamant hic et nunc que la France « rentre chez elle ». « Depuis longtemps nous avons dit que nous ne voulons plus de la France dans notre pays. C’est la France qui est la source de nos malheurs. Tous les jours on sort, mais ils sont toujours là. Mais aujourd’hui là, c’est aujourd’hui. Si la France ne bouge pas, on ne bouge pas », a martelé l’un des manifestants.

Rappelons que si c’est dans la soirée que le nombre de manifestants a commencé à grossir, les manifestations ont débuté depuis le matin, aux environs de 8h.

Les forces de l’ordre sont sur place pour contenir la furie des masses. Après moult tentatives de négociation avec les manifestants, leur demandant de se retirer, ils ont fini par tirer des grenades lacrymogènes pour disperser les foules qui, visiblement, s’expriment violemment en lapidant de gros morceaux de cailloux dans la cour de l’ambassade. « Cela fait la quatrième fois que les gendarmes ont jeté du gaz, mais on est toujours là. Quand ça va finir on va voir ce qu’ils vont faire maintenant », s’écrie un manifestant.

Pour l’instant, la rue n’en démord pas. Aux quatre coins de l’ambassade, les gendarmes ont placé leurs pick-up et sécurisent le périmètre. Les manifestants aussi sont aux aguets. Ils disent être prêt à tout, même à y passer la nuit s’il le faut. « Ce qu’on veut seulement c’est que la France dégage ! »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :