SANTE

Marché des vaccins : L’Afrique toujours colonisée

 

Le rapport de l’Oms sur le marché mondial des vaccins montre que l’Afrique est toujours à la traîne. En 2021, les régions de l’Afrique et de la Méditerranée orientale dépendaient de fabricants ayant leur siège dans d’autres régions à hauteur de 90% de leurs achats de vaccins.

L’Organisation mondiale de la santé (Oms) a publié son premier rapport sur le marché mondial des vaccins depuis le Covid-19. Et le constat est accablant : «le rapport montre que la distribution inéquitable ne concerne pas uniquement les vaccins contre le Covid-19, en effet, les pays les plus pauvres sont constamment confrontés à des difficultés pour avoir accès aux vaccins très demandés par les pays riches», souligne l’Oms, qui rappelle que l’approvisionnement limité en vaccins et la distribution inégale alimentent des disparités mondiales. Par exemple, le vaccin anti-papillomavirus hu­main contre le cancer du col de l’utérus n’a été introduit que dans 41% des pays à revenu faible, alors que ceux-ci représentent une grande partie de la charge de morbidité, contre 83% des pays à revenu élevé. «Le droit à la santé comprend le droit aux vaccins», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghe­breyesus, Directeur général de l’Oms. «Et pourtant, ce nouveau rapport montre que la dynamique du marché libre prive de ce droit certaines des personnes les plus pauvres et les plus vulnérables du monde. L’Oms préconise des changements indispensables sur le marché mondial des vaccins pour sauver des vies, prévenir les maladies et se préparer aux futures crises», ajoute-t-il.

Avec la survenue du Covid-19, la production a explosé : selon l’Oms, environ 16 mil­liards de doses de vaccins, d’une valeur de 141 milliards de dollars des Etats-Unis, ont été livrées en 2021, soit près de trois fois le volume du marché de 2019 (5,8 milliards) et près de trois fois et demie la valeur marchande de 2019 (38 milliards de dollars des Etats-Unis). «Bien que la capacité de fabrication ait augmenté dans le monde, elle reste très concentrée. En effet, dix fabricants fournissent à eux seuls, 70% des doses de vaccin (à l’exception du Covid-19). Plusieurs des 20 vaccins les plus utilisés (comme le vaccin antipneumococcique conjugué, le vaccin anti-Pvh, les vaccins contenant la valence rougeole ou la valence rubéole) sont principalement produits par deux fournisseurs.

Il y a toujours une disparité qui expose certains pays à un risque de pénurie. «En 2021, les régions de l’Afrique et de la Méditerranée orientale dépendaient de fabricants ayant leur siège dans d’autres régions à hauteur de 90% de leurs achats de vaccins. Les monopoles profondément ancrés en matière de propriété intellectuelle, ainsi que les transferts de technologie restreints, limitent encore davantage la possibilité de créer et d’utiliser des capacités locales de fabrication», ajoute l’Oms.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :