A LA UNEJUSTICE - TRIBUNAUX - POLICE

Marche réprimée des ASP: Plusieurs agents arrêtés

Marche réprimée des ASP: Plusieurs agents arrêtés

Les Agents de sécurité de proximité (ASP) ont été arrêtés à Dakar et Kolda après avoir tenté de braver l’interdiction d’une marche pacifique.

A Dakar, les Agents de sécurité de proximité ont été dispersés à coups de grenades lacrymogènes. Une dizaine d’agents d’assistance à la sécurité de proximité (ASP) ont été arrêtés, hier, à Kolda, après avoir tenté de braver l’interdiction d’une marche qu’ils envisageaient d’organiser dans la capitale du Fouladou. Des arrestations ont également été notées à Dakar. Les manifestants arrêtés à Kolda ont été conduits au commissariat central.

Les policiers étaient plutôt intervenus pour disperser la manifestation, tirant des grenades lacrymogènes contre les jets de pierres des manifestants. A Dakar aussi, la gendarmerie est intervenue pour disperser les manifestants.

Les protestataires voulaient marcher pour réclamer un meilleur traitement salarial. Ce rassemblement pacifique des Agents de sécurité de proximité a été violemment réprimé. Malgré l’interdiction préfectorale, ces derniers voulaient marcher pour réclamer une intégration dans la fonction publique et une revalorisation salariale.

C’est en voulant coûte que coûte faire leur marche de revendication qu’ils ont été stoppés par la police sur la route nationale 6. Dans leur intervention, les policiers ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les Asp. Certains Asp ont été arrêtés par la police dans ce bras de fer.

Les agents de la sécurité de proximité qui ont été mis aux arrêts hier à Kaolack ont été finalement relaxés. Ils ont été ramenés vers les différentes entrées de Kaolack par les forces de l’ordre. Pour rappel, les Agents de Sécurité de Proximité, après plusieurs mouvements d’humeur qui n’ont pas porté leurs fruits, ont décidé de battre le macadam, en invitant tous leurs camarades à rallier les différentes régions qui leur sont proches.

Pour Dakar, la marche a débuté au  rond-point Philippe Senghor pour terminer destination à la Direction des ASP. A noter qu’après leur première grève, le Chef de l’Etat a pris la décision de prolonger le contrat d’une durée d’un an à ce corps de métier. Ce, à compter du 1er janvier 2022.

Le DG Birame Faye menace

Le mouvement d’humeur des ASP  a fait réagir le Directeur général de l’Agence de sécurité et de proximité. Birame Faye a asséné ses vérités aux grévistes. «Leur statut d’Asp ne leur permet de procéder à des grèves. Nous sommes conscients des sacrifices qu’ils ont faits pour la nation en acceptant de répondre à l’appel du Chef de l’Etat, Macky Sall. 8 ans d’engagement, c’est quelque chose mais sur les principes nous sommes intransigeants », a-t-il déclaré, en marge de son installation comme premier adjoint au maire de Fatick.

Il rembobine: «C’est le Président de la République, sans obligation, qui a accepté de prolonger leur engagement légal et qui leur a promis la pérennisation de l’institution et la garantie de l’emploi. Cependant, ce n’est pas un droit et nous prendrons toutes les mesures nécessaires par rapport à cette situation ».

L’Agence d’Assistance à la Sécurité de Proximité (ASP)  a été créée par le décret n° 2013-1063 du 05 Août 2013. A la date du 03 novembre 2017, l’effectif des Asp s’élève à 9.931 Agents, y compris les 3.000 recrutés en 2017. Les Asp sont déployés sur toute l’étendue du territoire auprès de divers services utilisateurs, notamment la Police nationale, la Gendarmerie nationale, les Eaux et Forêts, l’Administration territoriale, l’Administration judiciaire, les Collectivités territoriales, les établissements scolaires et les « Quartiers sûrs ».

 NGOYA NDIAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page