ACTUALITÉSPOLITIQUE

MASSENE ADY GUÈYE, COALITION DIAO 2024 SUR LA LOI D’AMNISTIE « Situer les responsabilités avant de pardonner… »

Mandataire de la coalition Diao 2024, Masséne Gueye a détruit le dialogue initié par le président Macky Sall et rejeté les termes de la loi d’amnistie qui est en train d’être étudiée l’Assemblée nationale. Invité de notre confrère Sadio Faty, dans son émission  » La Grande Question », le jeune responsable politique est revenu sur la situation actuelle du pays et des alternatives proposées par son leader Mame Boye Diao.

« Un dialogue constitué de personnalités divisées, avec des partis minuscules, des soi-disants marabouts et où la jeunesse a été laissée en rade » c’est ce dialogue que vient d’organiser le président de la République, à en croire au mandataire de la coalition Diao 2024. Du saupoudrage, selon Masséne Gueye qui souligne que le seul dialogue qui était valable, devait se faire avec les 19 candidats pour fixer une date pour l’élection présidentielle, comme recommandé par le conseil constitutionnel. Selon lui, le président a choisi de ne pas suivre les décisions du conseil, créant une situation inédite dans le pays.

Revenant sur les conclusions du dialogue à savoir l’amnistie et la tenue de l’élection présidentielle en juin, Masséne Gueye parle de diversion. De l’avis du lieutenant de Mame Boye Diao, avant de parler d’amnistie, il faut d’abord parler de vérité et de justice. Soulignant que sa coalition n’est pas contre une amnistie car elle prône la réconciliation , mais n’approuve pas la manière dont le président Macky Sall désire l’appliquer. ( Il y a des maisons qui sont saccagées, des pertes en vies humaines, on doit parler de vérité et de justice d’abord « , a t-il souligné, avant d’ajouter que ces commerces qui ont été détruits, ces individus tués ne doivent pas passer sous silence.

Abordant la question de la date de l’élection présidentielle, Gueye précise que sa coalition a saisi le conseil constitutionnel pour la tenue du premier tour avant le 02 Avril. Selon lui, à travers la date du mois juin proposée par le dialogue, le président de la République cherche à créer une situation de non- élection, cherchant à dépasser les 80 jours francs  » le mois de juin est un piège, on fera face à des situations qui ne seront pas favorables à la tenue de l’élection. Le pèlerinage, la tabaski, l’hivernage. Donc le président cherche à traîner les choses et déroger à la règle des 80 jours francs. Il est en train de jouer avec le Sénégal qui nous est cher  » renseigne t-il.
Dans le même registre, il confirme que la liste des candidats est close et personne ne peut être ajouté » la constitution est claire, la liste est définie et close. Je ne vois pas à l’état actuel comment faire pour changer la liste « , a t-il lancé répondant à la question sur la reprise du processus électoral.

L’occasion a été aussi saisie par Masséne Gueye pour revenir sur le grand travail accompli par la coalition Diao 2024 pour figurer parmi la liste des candidats à l’élection présidentielle. Selon le mandataire, son leader Mame Boye Diao a réussi en cinq mois là où des ténors du milieu politique ont échoué.
Il a aussi précisé que Diao 2024 se veut une opposition d’offre programmatique, qui place la jeunesse au cœur de sa politique de développement. Et à travers son programme intitulé  » le Sénégal qui vient » elle compte accompagner les différentes couches de la société et dans tous les secteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page