ACTUALITÉSSOCIETE / FAITS DIVERS

Mbacké: Il tue son condisciple à cause d’un poulailler et prend 20 ans prison ferme

20 ans de réclusion criminelle, c’est la sentence infligée à Moustapha Diop qui avait poignardé à mort son condisciple Bassirou Diop , dans le daara de leur guide religieux niché dans le département de Mbacké. Également, l’accusé qui a été attrait hier à la barre de la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Diourbel, pour meurtre et détention d’une arme sans autorisation, devra remettre une somme de 20 millions francs cfa à la famille éplorée en guise de dommages et intérêts.

Interrogé sur les faits qui lui ont valu son séjour carcéral à la prison centrale de Diourbel, Moustapha Diop a nié tout en bloc . Pour se tirer d’affaire, l’accusé a fait croire au président de la chambre criminelle que son condisciple Bassirou Diop s’est tombé sur l’arme du crime( couteau). Ainsi il a ravalé ses propos tenus lors de l’enquête de la Brigade gendarmerie de Mbacké en 2020.

En effet, d’après le Procès-verbal parcouru par Seneweb, Moustapha Diop avait reconnu sans ambages les faits devant les enquêteurs. Retraçant le film du crime, il avait avoué avoir planté un couteau à son condisciple au niveau de son cou. Toutefois,le célibataire incriminé avait regretté son acte en confiant aux enquêteurs que « c’était la volonté divine ».

Le mobile du crime:  » Bassirou Diop tué à cause du poulailler de son marabout »

Gérant d’un poulailler dans le daara de son marabout niché à Gouye Guéne, un village du département de Mbacké, Bassirou Diop était rendu auprès de sa famille à Touba. Au terme de son séjour, il a pris congé des siens dont son épouse et ses enfants.

Arrivé au daara tard dans la nuit au courant du mois d’octobre 2020, Bassirou Diop a constaté que son condisciple Moustapha Diop n’a pas assuré de la gestion du poulailler de leur marabout. Ainsi il s’en est suivi une dispute entre les deux hommes qui a mal tourné.

Moustapha Diop a surpris par derrière ce père de famille avant de lui donner un fatal coup de couteau au niveau du cou. Gisant dans une mare de sang, la victime perdra son combat contre la mort. Et l’auteur du crime a pris la poudre d’escampette avant d’être interpellé à Gossas par la gendarmerie grâce à la géolocalisation d’après le Procès-verbal lu par Seneweb.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page