A LA UNEACTUALITÉS

Mbour – réceptacle d’ordures ménagères, agression et occupations irrégulières : la Lagune Le Mballing «respire»

Le week-end a été mis à profit, dans la commune de Mbour, par l’association La Lagune en Détresse, les élèves de la zone Sonatel, le Club des randonneurs de la Petite Côte, en collaboration avec Enda Made Sahel, pour nettoyer la lagune Le Mballing. Les activités qui se sont déroulées autour du thème  «Sensibiliser, Reboiser et assainir pour notre Environnement», entrent dans le cadre de la Semaine Climat et de la tenue actuelle de la COP 28 à Doubaï.

Deux activités ont été menées : une journée de nettoyage, avec l’enlèvement des matières plastiques et autres déchets le long de ce cours d’eau, suivi d’un reboisement de ses berges et une randonnée pédestre à travers les grandes artères de la ville, pour lancer des messages relatifs à la sensibilisation des citoyens pour une préservation de l’environnement de la lagune de Mballing. Ce cours d’eau est jalonné, sur ses rives, d’une végétation de mangrove.

El Hadji Omar Sarr, le chef de quartier de Zone Sonatel Extension, est revenu sur les voies et moyens utilisés pour mener à bien le nettoyage et le reboisement du Mballing. A l’en croire, Enda Made Sahel, en relation avec l’association La Lagune en Détresse et ses partenaires, la Sapco, la commune de Mbour et les Eaux et Forêts ont contribué pour le financement des activités menées et ont assuré la réussite de la journée de nettoiement. L’association La Lagune en Détresse créée depuis 2014, mène un combat pour la préservation et la conservation du site dont elle porte le nom.

Selon lui, l’association cherche des moyens et des arguments pour mettre fin aux empiètements avec des pieds-dans-l ’eau et autres agressions opérées sur la lagune, stressant la faune et la flore des lieux. Le souhait du délégué de quartier ou bien du maire est de voir la lagune demeurer un havre de la biodiversité, avec ses oiseaux migrateurs et des aménagements le long de ses berges surplombant un tirant d’eau source d’attraction des touristes et autres inconditionnels de la biodiversité.

Il a, en outre, évoqué les menaces permanentes sur la lagune que sont les ordures ménagères déversées par des charretiers et les occupations irrégulières toujours déguerpies par les services de la Direction de la surveillance, de la conservation et de l’occupation des sols. Son désir ardent est de voir le curage et le dragage de la Lagune de Mballing, pour assurer sa jonction avec et la voir continuer sa fonction de zone frayère par la reproduction d’espèces piscicoles.

Claude Robert Sarr, chargé de projets et de communication à Enda Made Sahel, a expliqué la portée des actions menées dans le cadre de la Semaine Climat avec la COP 28 se déroulant à Doubaï. A l’en croire, ils ont impliqué des partenaires techniques et financiers pour mener, pendant une semaine, des activités de sensibilisation, de plaidoyer et de nettoiement devant permettre la préservation de la lagune, avec l’implication de tous les acteurs au niveau local.

Samba Niébé BA

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page