A LA UNEACTUALITÉS

Mbour – tournée syndicale dans le département : le CUSEMS Authentique égrène un chapelet de revendications

Plan de carrière des enseignants, révision de la rémunération des acteurs du secteur de l’éducation, voilà, entre autres, la substance des doléances égrenées par le CUSEMS Authentique en tournée syndicale dans le département de Mbour.

 

Dame  Mbodji, le secrétaire général du CUSEMS Authentique, a animé hier une conférence de presse à Mbour. C’était à la fin d’une tournée d’une semaine qu’il a effectuée dans ce département, à la rencontre des enseignants, pour s’enquérir de leurs revendications. Il a abordé, devant les journalistes, des revendications relatives au plan de carrière des enseignants, à leur rémunération, d’une part, et, d’autre part, la situation de Mansour Ciss, un enseignant en détention, à la suite d’une plainte déposée par le  maire de Mbour, pour une présomption de  ‘’Sonkorisation‘’ ayant perturbé une manifestation à laquelle il prenait part. Il a en outre défini un plan d’actions pour la libération de ce dernier, en demandant aux enseignants de boycotter les évaluations dans tout le département de Mbour

La première question relatée pose le problème des enseignants décisionnaires qui, après avoir perçu des salaires de centaines de milliers de francs CFA obtiennent des pensions de retraite de moins de cinquante mille (50.000) francs CFA. Au bout d’un parcours d’une semaine dans le département de Mbour, avec une écoute attentive et une observation dans des établissements divers, de la maternelle au cycle élémentaire moyen, la délégation du CUSEMS Authentique, par la voix de son secrétaire général, déplore les problèmes auxquels  les enseignants sont confrontés et qui sont sources de difficultés.

Des questions relatives à la rémunération des enseignants sont revenues sur la table. Beaucoup d’enseignants ont un plan de carrière compromis car n’avançant plus. D’autres attendent, selon lui, des arrêtés, des actes d’intégration ou des actes d’avancement gelés. Certains bénévoles et animateurs polyvalents sont dans l’attente d’un recrutement qui tarde encore.

A l’en croire, les dossiers des enseignants en cours de traitement sont latents et souffrent de lenteurs administratives. Il a fait part de la volonté des enseignants demandant au gouvernement de mouvoir pour régler ces problèmes évoqués, synonyme de sabotage de la carrière. Il a, en plus, évoqué la réforme des grades dans le secteur de l’éducation. Des obstacles qui empêchent les enseignants de plafonner. Selon lui, ils ont exigé du gouvernement des discussions et négociations par rapport à l’âge de la retraite.

En outre, Dame Mbodji est revenu sur une question des syndicats demandant la fusion de la Caisse de sécurité sociale (CSS), de l’Institut de prévoyance retraite du Sénégal (IPRES) et du Fonds national de retraite (FNR) en une entité pouvant faire l’objet d’une cotation en bourse. Sur la carrière des enseignants, la volonté affichée est une demande de réouverture du concours de recrutement des normaliens instituteurs et de passerelles devant permettre aux enseignants d’avoir la possibilité de changer de grade, sur la base d’un examen et non d’un concours.

 

Samba Niébé BA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page