A LA UNEACTUALITÉS

Nouveau rapport sur le VIH dans le monde : le Sida en chute, à tous les niveaux

Selon le nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé (Oms), publié hier, mercredi 29 novembre, à Dakar, les nouvelles infections au Vih ont été réduites de 59% depuis le pic de 1995. Ainsi, en 2022, 1,3 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le Vih contre 3,2 millions en 1995. Concernant les décès, on relève aussi une réduction de 69% depuis le pic de 2004 et de 51% depuis 2010.

L’infection au Vih a connu une baisse à tous les niveaux de la population. Selon le nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé (Oms), publié hier mercredi, à Dakar, en 2022, le nombre de personnes vivant avec le Vih était de 39 millions dont 37,5 millions d’adultes de 15 ans et plus ; 1,5 millions d’enfants de 0-14 ans. 53% des personnes vivant avec le Vih sont des femmes et des filles et 86% de toutes les personnes vivant avec le Vih connaissaient leur statut sérologique en 2022. Concernant les nouvelles infections, elles sont de 1,3 millions en 2022.

SITUATION SUR LE TRAITEMENT

Selon l’Oms, en fin décembre 2022, ils étaient 29,8 millions de personnes, toutes les personnes vivant avec le Vih, à avoir accès à un traitement antirétroviral, contre 7,7 millions en 2010. Aussi 77% des adultes âgés de 15 ans et plus avaient accès à un traitement, mais seulement 57% des enfants âgées de 0 à 14 ans y avaient accès. 82% des femmes âgées de 15 ans et plus avaient accès au traitement ; en revanche, seulement 72% des hommes âgés de 15 ans et plus y avaient accès. 82% des femmes enceintes vivant avec le Vih avaient accès à des médicaments antirétroviraux, pour prévenir la transmission du Vih à leurs enfants en 2022. Et enfin 9,2% de personnes vivant avec le Vih n’ont pas accès à un traitement antirétroviral.

NOUVELLES INFECTIONS AU VIH

Selon ledit rapport, les nouvelles infections au Vih ont été réduites de 59% depuis le pic de 1995. Ainsi, en 2022, le rapport estime que 1,3 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le Vih contre 3,2% millions en 1995. Les femmes et les jeunes filles représentaient 46% de l’ensemble des nouvelles infections en 2022 par le Vih, contre 3,2 millions en 1995. Toutefois, l’Oms a avancé que depuis 2010, les nouvelles infections au Vih ont diminué de 38%, passant de 2,1 millions  à 1,3 millions en 2022. Et de renchérir : «depuis 2010, les nouvelles infections au Vih chez les enfants ont diminué de 58%, passant ainsi de 310 mille en 2010 à 130 mille en 2022».

DECES LIE AU SIDA

Le rapport de l’Oms révèle que les décès liés au sida ont été réduits de 69% depuis le pic de 2004 et de 51% depuis 2010. «En 2022, environ 630 mille personnes sont mortes de maladies liées au Sida dans le monde contre 2 millions en 2004 et 1,3 million en 2010. Depuis, la mortalité liée au Sida a diminué de 55% chez les femmes et les filles et 47% chez les hommes et les garçons», fait noter la source.

OBJECTIFS DE DEPISTAGE DE 3 (95)

Parmi l’atteinte des objectifs dont le dépistage, le  traitement et la charge virale neutre, le rapport de l’Oms a avancé que cinq pays ont atteint les 3 (95). Il s’agit, entre autres, du Botswana, de l’Eswatini, du Rwanda, la République Unie de Tanzanie et le Zimbabwe. La situation actuelle dans le monde montre, selon ledit rapport, que 86% des personnes vivant avec le Vih connaissaient leur statut sérologie. Parmi ces dernières, 89% accédaient à des traitements  et parmi les personnes traitées 93% bénéficiaient d’une suppression virale en 2022.

LA COMMUNAUTE POUR L’ATTEINTE DES CIBLES

Pour l’Oms, «nous pouvons mettre fin au Sida, comme menace de santé publique d’ici 2030, et préserver ces progrès pour les décennies à venir. Nous savons même comment faire. Il nous faut, pour cela, encourager le leadership des communautés en première ligne». Pour le représentant du bureau pays, ce rapport expose l’importance cruciale des interventions menées par les communautés pour mettre fin au Sida et consolider les avancées. «Les personnes séropositives ou touchées par le VIH sont des moteurs du progrès dans la riposte au VIH. Elles ont en effet la capacité d’établir un contact avec des personnes qui n’ont pas encore été atteintes jusqu’à présent ; de renvoyer les personnes vers les services dont elles ont besoin ; de trouver des solutions innovantes ; de placer les prestataires, les gouvernements, les organisations internationales et les donateurs devant leurs responsabilités ; et de mener des mouvements inspirants en faveur de la santé, de la dignité et les droits humains universels. Elles sont des interlocutrices de confiance», relève-t-on sur la note d’introduction de la Directrice exécutive de l’Onusida et secrétaire générale adjointe des Nations Unies, Winnie Byanyima. «Les communautés savent ce qui est indispensable, ce qui fonctionne et ce qui doit changer. Confier le leadership aux communautés permet de bâtir des sociétés plus saines et plus fortes. Ce document envoie un appel aux gouvernements et aux partenaires internationaux pour qu’ils encouragent et soutiennent sans attendre les communautés dans leur rôle de leader».

Denise ZAROUR MEDANG

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page