ACTUALITÉSRELIGION

Portrait de Imam Mamadou El Hadji Diallo digne successeur de son vénéré père El hadji Mountaga Diallo

Digne successeur de feu son père El hadji Mountaga Diallo, El hadji Mamadou Aladji Diallo ne tarit pas d’éloges dans sa volonté de poursuivre l’oeuvre entamée par celui qui fut un erudit dont l’itinéraire a conduit à accomplir à pied, le pèlerinage à la Mecque pour indiquer à des milliers de fidèles la voie à suivre sur le chemin de l’islam.

Il est né le 22 novembre 1948 à Fatick, de El hadji Mountaga Amadou Diallo et de Fatou Gueye. Mais selon lui, “très jeune on m’avait confié à un de mes oncles, homonyme qui résidait à Dakar. C’est lors du rappel à Dieu de mon père que je suis revenu à Fatick en1963 avant de retourner à Dakar 5 ans après”.
Lors de ce nouveau séjour dakarois, El hadji Mamadou Aladji Diallo est inscrit par son oncle Cheikhou Gueye à l’école franco-arabe Amadou Ba de Pikine. “C’est de là que j’ai entamé mon cursus coranique qui m’a conduit à obtenir une bourse étrangère en 1974, qui me conduira en Égypte et en Libye. Et ceci, grâce à l’appui d’El hadji Cheikh Tidiane Camara”.

 

De retour au pays natal, ses diplômes en poche, El hadj Mamadou Aladji Diallo choisit une nouvelle trajectoire, celle commerciale plus exactement en intégrant la colonie libanaise de Kaolack. Mais qui fut de courte durée.

“Après ce bref séjour à Kaolack, je fus reçu à l’Asecna grâce à El hadji Doudou Ndiaye avant d’effectuer un nouveau retour au Saloum où, je me consacrais à diriger la prière à la mosquée de Casa-ville. Et ceci, jusqu’en l’an 2000, année à laquelle je suis revenu définitivement à Fatick pour me consacrer au parachèvement de l’oeuvre de feu mon père”.

 

Depuis cette année, cet homme de Dieu se consacre à cette tâche aussi noble de messager de l’islam. Il est connu à Fatick par sa simplicité, son humilité mais également sa générosité. El hadji Mamadou Aladji Diallo a édifié dans l’enceinte de son domicile, une mosquée, une école coranique pour l’initiation et la mémorisation du coran. Son rêve actuel est l’achèvement de l’institut islamique moderne en cours de construction pour régler la question des études et la formation professionnelle dans différents secteurs dont la menuiserie, la mécanique, l’élevage et l’agriculture, entre autres…

Avec Mouhamadou Sagne

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page