SOCIETE / FAITS DIVERS

POURQUOI L’AIDE DES PAYS RICHES À L’AFRIQUE DE L’OUEST POSE PROBLÈME

Les pays riches et les bailleurs multilatéraux n’ont jusqu’à présent mobilisé que 7 % des 198,88 milliards de dollars estimés dont les pays d’Afrique de l’Ouest ont besoin d’ici à 2030 pour faire face à la crise climatique et poursuivre leur propre développement vert.

Selon la nouvelle étude d’Oxfam publiée mardi 27 septembre, les financements climat en Afrique de l’Ouest, 62% des 11,7 milliards de dollars déclarés par les bailleurs entre 2013 et 2019 ont été principalement sous forme de prêts, qui devront être remboursés, la plupart avec des intérêts,. Résultat des courses, note toujours l’ONG, « ils aggravent la crise de la dette dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest ».

La même source informe que le financement du climat est une question très controversée qui menace à nouveau le succès des négociations cruciales de la CCNUCC sur le climat qui se tiendra en Égypte en novembre prochain. Ainsi, Oxfam et une centaine d’organisations de la société civile africaine s’inquiètent du fait que les pays africains arriveront au sommet sans la confiance que les bailleurs honoreront leurs promesses répétées de mobiliser 100 milliards par an pour l’action climatique dans les pays en développement (un objectif qui a été manqué de 16,7 milliards de dollars en 2020), note un communiqué parvenu à Emedia.

Ces organisations appellent ainsi les pays riches – historiquement responsables du changement climatique – à assumer leur juste part pour aider la région à affronter l’escalade de crises climatiques qui frappent le continent africain.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page