INTERNATIONAL

PRÉSIDENTIELLE AUX ÉTATS-UNIS – Joe Biden annonce sa candidature pour 2024

Président Joe Biden @Capture photo page Facebook Joe Biden

L’actuel président des États-Unis est candidat à sa réelection pour un second mandat. Une date symbolique quatre ans jour pour jour après sa dernière entrée en campagne en 2019.

Fin du suspense. Joe Biden a annoncé mardi 25 avril 2023 qu’il tenterait de briguer un second mandat en 2024, balayant les inquiétudes exprimées sur son âge. « Je suis candidat à ma réélection », a dit le président américain de 80 ans dans un message vidéo publié sur Twitter.

« Finissons le travail », a déclaré Joe Biden en insistant sur le combat toujours en cours, selon lui, pour la liberté et la démocratie.

La date de mardi est loin d’être anodine. Elle marque le quatrième anniversaire, jour pour jour, de la dernière entrée en campagne de Joe Biden, lorsque le démocrate s’était lancé dans une bataille pour l’« âme de l’Amérique », et avait privé Donald Trump d’un second mandat. Si les sondages se confirment, un « remake » du duel entre les deux hommes se dessine. Après son annonce, le Parti républicain a accusé le président américain Joe Biden d’être « déconnecté ». « Biden est tellement déconnecté de la réalité qu’il pense mériter quatre ans de plus au pouvoir alors qu’il ne fait que créer des crises », a dénoncé la cheffe du parti, Ronna McDaniel.

Pointé du doigt pour son âge par l’opposition
Le président doit s’exprimer mardi 25 avril 2023 sur ce qui sera probablement un de ses leitmotive en tant que candidat : comment ramener les « emplois manufacturiers » aux États-Unis et « reconstruire la classe moyenne ».

Depuis le début de l’année, Joe Biden martèle sa volonté de rendre sa « dignité » à l’Amérique populaire « oubliée », perturbée par la mondialisation, que Donald Trump a su en partie séduire.

Le locataire de la Maison-Blanche peut penser qu’il a les statistiques avec lui : les présidents américains se représentent généralement, et ils sont le plus souvent réélus. Mais Joe Biden, de par son âge, défie les précédents historiques. S’il est réélu, il achèverait son second mandat à l’âge de 86 ans.

En novembre 2021 puis en février 2023, le dirigeant s’est soumis à des bilans de santé qui ont conclu qu’il était en « bonne santé ». Mais lui qui est déjà enclin aux gaffes et dont l’allure est incontestablement marquée par les ans s’expose à une recrudescence d’attaques des républicains sur son acuité mentale.

Joe Biden affiche toutefois une endurance peu commune, jonglant entre crises internationales et grandes réformes. Son déplacement à Kiev, une initiative inouïe pour le chef d’État entouré du plus strict dispositif de sécurité du monde, a rappelé de manière spectaculaire son rôle d’architecte de la riposte occidentale après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Trump fustige le bilan de Biden
Il a aussi bien noté que, selon les sondages, la candidature de son prédécesseur Donald Trump, 76 ans et inculpé par un tribunal de New York, n’enthousiasme pas plus que la sienne.

Le démocrate estime donc que s’il a battu une fois son prédécesseur républicain, figure clivante par excellence, il peut y arriver à nouveau en mettant en avant sa personnalité bonhomme et son programme rassembleur.

Anticipant une annonce de son rival, Donald Trump a fustigé lundi le bilan de l’actuel président. « Vous pourriez prendre les cinq pires présidents de l’histoire américaine, et ensemble, ils n’auraient pas fait autant de dégâts que Joe Biden n’en a faits à notre pays en seulement quelques années », a lancé le milliardaire républicain par communiqué.

Reste une grande inconnue : quelles seraient les chances de Joe Biden s’il faisait face en novembre 2024 à un ou une adversaire plus jeune ?

Le nom du gouverneur de Floride Ron DeSantis, étoile montante de la droite dure, et âgé de 44 ans, circule beaucoup. Mais il ne s’est pour l’heure pas déclaré.

Moins connue, la républicaine Nikki Haley, déjà en campagne, appelle à faire émerger une « nouvelle génération ». Elle réclame notamment des tests de capacités intellectuelles pour tous les responsables politiques de plus de 75 ans.

       

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page