POLITIQUE

Présidentielle de 2024 : Alioune Sarr décline sa profession de foi

Candidat déclaré, sous la bannière de la Coalition Alioune, président 2024 (CAP 2024), Alioune Sarr a présenté aux Sénégalais hier, mardi 28 novembre, son offre politique en perspective de la présidentielle du 25 février 2024. Articulé autour de 5 piliers, ce programme est axé, entre autres, sur la gouvernance et refondation de la République, le développement économique, social, culturel et sportif, environnemental…

Alioune Sarr, le candidat investi par le mouvement CAP 2024, face à la presse hier, mardi 28 novembre, a dévoilé son offre programmatique pour le scrutin présidentielle de 2024. Un programme, dit-il, articulé autour de 5 piliers dont la gouvernance et refondation de la République, le développement économique… Ainsi, sur le plan de la gouvernance basée sur les ressources minières etc., Alioune Sarr entend, une fois élu à la tête du pays, faire voter par le parlement une loi d’orientation qui transforme les ressources minières, naturelles… «Si je suis élu président de la République, en 2024, je ferai voter par le parlement une loi d’orientation qui transforme sur le sol du Sénégal, toutes les ressources naturelles, minières, énergétiques extraites dans notre sol, que ce soit le raffinage de l’or…», a-t-il promis.

Selon lui, «la valorisation de nos énormes ressources minières, naturelles, hydrocarbures, à travers une industrialisation verticale de ces filières, générera dans notre pays des millions d’emplois attendus par notre jeunesse, dans une parfaite transparence, en adéquation avec nos valeurs, notre culture…» Car, dit-il, «nous ne pouvons pas avoir 850 millions de tonnes de fer dans la Falémé et croiser les bras pour regarder. Et, pendant ce temps, nos jeunesses sont en train de mourir dans les océans», affirme le candidat investi par le mouvement CAP 2024.

Sur le domaine de la santé, promet le président de la CAP 2024, chaque Sénégalais bénéficiera de soins, sans aucun paiement. «Si je suis élu, en février 2024, chaque Sénégalaise et chaque Sénégalais pourra se soigner sans aucun paiement préalable, grâce à une assurance et une assistance obligatoire dont bénéficiera chaque Sénégalais. Cette assurance sera financée à travers la loi des finances, à travers les Collectivités territoriales comme Dakar… Oui, avec la taxe carbone pollueur-payeur, nous allons financer l’assurance et l’assistance médicale obligatoire à chaque Sénégalais»

En outre, Alioune Sarr compte assurer un Sénégal post 2024, qui sera celui de l’abondance agricole. Pour cela, «nous avons prévu d’aménager ici et maintenant, 3000 hectares entre Sédhiou, Kolda, Ziguinchor, Bakel, jusque dans le Walo», a-t-il laissé présager.

Enfin, sur le plan institutionnel, l’ancien ministre du Commerce a annoncé la mise en place de réformes profondes. «Je proposerai une incompatibilité entre les fonctions de chef de l’Etat et de parti. Puisqu’en réalité, ce débat sur la Constitution n’est pas le fait des citoyens que vous êtes, c’est le fait des politiciens malheureusement souvent professionnels qui prennent en otage les débats politiques, les débats publics, autour des sujets qui n’ont aucune valeur ajoutée pour notre pays».

Poursuivant son propos, il dira : «je proposerai également que le chef de l’Etat ne préside plus le Conseil supérieur magistrature. A la place, nous proposerons une Cour constitutionnelle dont le président sera élu par ses pairs. Et, c’est ce président qui présidera le Conseil supérieur de la magistrature», a encore assuré M. Sarr.

Aussi promet-il «la création du Conseil des Sénégalais de l’extérieur. Ainsi, les fils du Sénégal d’ici et d’ailleurs, en synergie, participeront à la conception et à la mise en œuvre par le gouvernement de toutes les politiques touchant la vie de nos compatriotes vivant à l’extérieur…»

Interpellé sur les «3 millions de parrains» annoncés en faveur du candidat de la majorité au pouvoir, le Premier ministre Amadou Ba, et d’autres, il répondra : «Il est évident que si vous faites la somme de certains parrainages et que ça soit supérieur au fichier électoral, ça pose problème».

Ousmane GOUDIABY

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page